Mercredi, 22 Juin 2016 12:17

Transformation du soja : le Cameroun s’acharne à promouvoir une usine

Officiellement, cette unité industrielle nécessite un investissement de plus de 20,400 millions de dollars. Elle va par jour raffiner 100 tonnes d’huiles végétales soit 50 tonnes d’huile de palme et 50 tonnes d’huile de soja.

Personne ne conteste le bien fondé de l’exploitation industrielle du soja et de l’huile de palme. Elle préoccupe et occupe le gouvernement camerounais qui lors de la conférence économique internationale de Yaoundé les 17 et 18 mai soumet le projet de transformation des graines de soja et de raffinage de l’huile de palme aux investisseurs.

Jusqu’ici aucune bonne nouvelle. Le Brésil s’intéresse à ce projet. On parle de joint-venture avec une entreprise brésilienne opérant dans ce secteur et l’entreprise agro-industrielle nationale. Les promoteurs Raymond Diffo et Yves Kolo Atangana lorgnent aussi de la Banque nationale de développement économique et social du Brésil pour un financement.

Le ministère camerounais de l’Economie, en soutien à la Soyobeans processing industry of Cameroon, Soproicam, instituée en 2006, synchronise l’exploitation agricole industrielle créée avec sa capacité de production dudit site industriel à Yato, dans la localité de Dibombari.

Officiellement, cette unité industrielle tente par jour de raffiner 100 tonnes d’huiles végétales soit 50 tonnes d’huile de palme et 50 tonnes d’huile de soja. Les premières informations indiquent que le gouvernement camerounais a déjà investi plus de 3 milliards de Fcfa sur ce projet qui nécessite un investissement de plus de 20,400 millions de dollars.

Soproicam insiste sur sa performance, son potentiel de réussite au point de recourir à un emprunt supplémentaire de 12,302 millions de dollars pour acquérir du matériel de l’unité de production des graines et l’unité de transformation des graines. Cette acquisition s’impose selon d’autres informations. Elles mettent en avant la capacité de production du site industriel de Yato.

Loin de présenter des chiffres flatteurs, ce site va produire par an 18 000 tonnes de tourteaux et générer 154 emplois directs et 4600 emplois indirects. L’entreprise annonce une production à grande échelle. Pour autant, elle est loin d’égaler l’importation des tourteaux de soja destinée à l’élevage.

En 2012, les importations de soja selon le gouvernement camerounais se chiffrent à 41 729 tonnes soit plus de 17 millions de dollars contre 39 718 tonnes soit plus de 18,700 millions de dollars en 2011. Cela donne un coup de froid sur ce secteur.

Par Charles Nwanochi

Lu 831 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Innov’ Acteurs

Interview de la semaine

MATIÈRES PREMIÈRES

CACAO
938 FCFA / Kg
CAFÉ
1413  FCFA / Kg
CAOUTCHOUC

136,9 USCT /kg

SUCRE
264,35 $ /tonne
18/06/2018 source Projet SIF/Fode

ECHOS DE LA BOURSE

IFC
4.25% %
SOCAPALM
22 001 FCFA
SAFACAM 28 008 FCFA
SEMC

59 999 FCFA

18/06/2018 source DSX

COURS DES DÉVISES

GBP 

766,125 FCFA
CHF 

610,817 FCFA
USD

622,291 FCFA
JPY 

5,315 FCFA
04/01/2017 source Afriland First Bank

Convertisseur de devises

Convertir 

en