Jeudi, 12 Novembre 2015 13:15

Côte-d’Ivoire: Les mesures pour booster la transformation locale de l’anacarde

l’anacarde occupe désormais une place importante dans l’économie ivoirienne l’anacarde occupe désormais une place importante dans l’économie ivoirienne

Le pays vient de lancer la construction d’une nouvelle usine dans la localité de Dabakala. L’objectif est de porter le taux de transformation local de ce produit de 15% à 35% d’ici 2016, avec une perspective de 100% en 2020.

La transformation locale de l’anacarde, fait partie des priorités actuelles du gouvernement ivoirien qui a adopté en 2013, un important Programme de développement de transformation de ce produit.

A travers ce programme soutenu par la Banque mondiale, la Côte d’Ivoire espère accroitre le taux de transformation locale des noix brutes produites d’environ 15% à 35% d’ici 2016, avec une perspective de 100% en 2020.

Ainsi, après le lancement fin octobre 2014, d’une unité de transformation de noix de cajou qui emploie près d’un millier de personnes, la Côte-d’Ivoire qui est par ailleurs le deuxième producteur mondial d’anacarde, avec 500.000 tonnes, derrière l’Inde (700.000 tonnes), a lancé il y a quelques jours, la construction d’une nouvelle usine de transformation de noix de cajou à Dabakala au centre-nord du pays.
« C’est un investissement de 1,3 milliard FCFA. L’usine qui sera bâtie sur une superficie de cinq hectares sur l'axe Dabakala-Katiola, va générer plus de 200 emplois directs» précise  Abrahim Sankara, l’initiateur du projet.

Une place importante dans l’économie ivoirienne

Longtemps négligée depuis son introduction en Côte-d’Ivoire en 1957, le sous-secteur de l’anacarde est devenu une filière agro-industrielle importante pour l’économie du pays. Sa production a connu une forte croissance, passant de 63 400 tonnes en 2000, à plus de 500.000 tonnes en 2013. Et selon le Conseil du Coton et de l’Anacarde, « la culture de l’anacarde fait vivre environ 2,5 millions de personnes et occupe près de 250.000 producteurs » en Côte-d’Ivoire.

Par ailleurs, les 390 000 tonnes exportées en 2013 vers l’Inde (98 %), le Vietnam et le Brésil ont rapporté plus de « 225 millions d’euros au pays et renforcé la position de l’anacarde sur le podium des grands produits agricoles d’exportation, derrière le cacao et le caoutchouc, mais devant le café », informe le journal Jeune Afrique.

Par Joseph Samuel Zoé

Lu 968 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Innov’ Acteurs

Interview de la semaine

MATIÈRES PREMIÈRES

CACAO
938 FCFA / Kg
CAFÉ
1413  FCFA / Kg
CAOUTCHOUC

131,7 USCT /kg

SUCRE
251,56 $ /tonne
27/07/2018 source Projet SIF/Fode

ECHOS DE LA BOURSE

IFC
4.25% %
SOCAPALM
22 501 FCFA
SAFACAM

28 800 FCFA

SEMC

59 999 FCFA

27/07/2018 source DSX

COURS DES DÉVISES

GBP 

766,125 FCFA
CHF 

610,817 FCFA
USD

622,291 FCFA
JPY 

5,315 FCFA
04/01/2017 source Afriland First Bank

Convertisseur de devises

Convertir 

en