Jeudi, 25 Octobre 2018 17:10

Sécurité alimentaire en Afrique : la main tendue aux investissements privés

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement perçoit en la participation du secteur privé aux Objectifs de développement durable une force puissante en faveur de la sécurité alimentaire.

Avec le forum mondial sur les investissements responsables du secteur privé dans l’alimentation et l’agriculture tenu le 22 octobre à Marrakech au Maroc, les partenaires au développement trouvent nécessaire d’unir leurs efforts pour contribuer autant que le secteur privé aux objectifs de développement durable.

Les besoins et les contraintes identifiés avec à l’idée développer les initiatives dans le sens d’augmenter les investissements dans les systèmes agricoles et alimentaires, l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) s’engage à « promouvoir des environnements plus propices aux investissements privés au sein de systèmes agro-alimentaires durables », à en croire directeur général adjoint de la FAO, Daniel Gustafson.

Cet engagement porte à croire que la FAO va s’assurer que « ces financements parviennent jusqu' à ceux qui en ont le plus besoin ». Surtout que et cela rassure, elle « peut jouer un rôle important en aidant le secteur privé à façonner et à surveiller sa contribution aux Objectifs de développement durable ».

Le président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) persiste à dire que « la participation du secteur privé, peut être une force puissante en faveur de la sécurité alimentaire » et que « les financements publics et privés peuvent mettre un terme à la pauvreté et à la faim », indique Suma Chakrabarti.

Face à l’accroissement démographique et la hausse des revenus, des experts annoncent en prévision, une progression de 50 % de la demande de produits alimentaires d’ici 2050. La FAO mesure la portée de ces prévisions et difficultés au point de trouver nécessaire de mobiliser chaque année 265 milliards de dollars de ressources supplémentaires dans le sens de réduire la pauvreté et la faim d'ici 2030.

La BERD dans une nouvelle approche pense que « les institutions internationales spécialisées dans le développement et le financement doivent travailler ensemble aux côtés du secteur privé en vue de trouver des solutions durables ».

Par CN



 

 

Lu 113 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Innov’ Acteurs

Interview de la semaine

MATIÈRES PREMIÈRES

CACAO
938 FCFA / Kg
CAFÉ
1413  FCFA / Kg
CAOUTCHOUC

131,7 USCT /kg

SUCRE
251,56 $ /tonne
27/07/2018 source Projet SIF/Fode

ECHOS DE LA BOURSE

IFC
4.25% %
SOCAPALM
22 501 FCFA
SAFACAM

28 800 FCFA

SEMC

59 999 FCFA

27/07/2018 source DSX

COURS DES DÉVISES

GBP 

766,125 FCFA
CHF 

610,817 FCFA
USD

622,291 FCFA
JPY 

5,315 FCFA
04/01/2017 source Afriland First Bank

Convertisseur de devises

Convertir 

en