Lundi, 22 Décembre 2014 16:05

Le Cameroun lance un programme de transformation locale de cacao

La transformation de la fève: un défi pour le Cameroun pour atteindre l'émergence La transformation de la fève: un défi pour le Cameroun pour atteindre l'émergence

Cinquième producteur mondial de cacao le pays annonce le lancement d'un programme de transformation locale de cacao. Cette transformation est estimée jusque-là à 15,6% pour une production nationale annuelle estimée à 209 905 tonnes de fèves.

Le programme de promotion de la transformation locale,Transfol, a pour but d’accroître la productivité et la compétitivité de la filière cacaoyère camerounaise en "facilitant l'implantation de petites unités qui transforment les fèves en masse, en pâte ou en liqueur de cacao", explique Omer Gatien Maledy, secrétaire exécutif du Conseil interprofessionnel du cacao et du café, Cicc, son initiateur.

Actuellement, le Cameroun compte cinq entreprises de transformation industrielle, dont la Société industrielle de commercialisation des cacaos, SIC Cacaos, filiale de la multinationale suisse Barry Callebaut, la Chocolaterie du Cameroun, Chococam, filiale de la sud-africaine Tiger Brands et Cameroon Investment Company créée par la Compagnie chérifienne de chocolaterie du Maroc.

D'après les statistiques officielles publiées par le Cicc, le volume de fèves broyées pour la première transformation, fabrication de la pâte, du beurre et de la poudre, par ces opérateurs au cours de la campagne 2013-2014 s'élève à 32 792 tonnes, soit un taux de 15,6% pour une production nationale de l'ordre de 209 905 tonnes contre 174 629 tonnes de fèves exportées sur le marché international.

Pour le Conseil interprofessionnel du cacao et du café, le programme Transfol se propose de créer de la valeur ajoutée dans la filière cacaoyère camerounaise et de répondre à la préoccupation selon laquelle "dans certains pays (en l'occurrence africains) l'augmentation de la transformation n'a pas de réel impact sur les revenus des producteurs".

Le Cameroun cinquième producteur mondiale après la Côte d'Ivoire, le Ghana, l'Indonésie et le Nigeria, a établi un cap de 600 000 tonnes de production annuelle à l'horizon 2020 pour une transformation locale de 50%.

La cacaoculture pratiquée par 400 000 familles de producteurs, est une des principales sources de devises du pays avec 28% de la valeur totale des exportations non pétrolières, 2% du PIB, produit intérieur brut, 6% du PIB primaire et environ 30% du sous-secteur des produits agricoles destinés à l'exportation et à la transformation, d'après les statistiques officielles.

Par Cathy Koum

Lu 1960 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Innov’ Acteurs

Interview de la semaine

MATIÈRES PREMIÈRES

CACAO
938 FCFA / Kg
CAFÉ
1413  FCFA / Kg
CAOUTCHOUC

131,7 USCT /kg

SUCRE
251,56 $ /tonne
27/07/2018 source Projet SIF/Fode

ECHOS DE LA BOURSE

IFC
4.25% %
SOCAPALM
22 501 FCFA
SAFACAM

28 800 FCFA

SEMC

59 999 FCFA

27/07/2018 source DSX

COURS DES DÉVISES

GBP 

766,125 FCFA
CHF 

610,817 FCFA
USD

622,291 FCFA
JPY 

5,315 FCFA
04/01/2017 source Afriland First Bank

Convertisseur de devises

Convertir 

en