Afficher les éléments par tag : Afrique de l'Ouest

Sur le point d'effectuer une visite d'Etat en Chine, le président togolais mobilise une trentaine d'opérateurs économiques pour qu´ils participent à un forum économique consacré au Togo. L´idée est de servir de porte d'entrée à la Chine en Afrique de l'Ouest.

Progressivement, l´anacarde devient une pépite en Afrique de l'Ouest. Elle occupe une place de choix des produits agricoles d´exportation. La Cte d´Ivoire, premier producteur mondial avec 702 000 tonnes en 2015 contre 565 000 tonnes en 2014 et premier exportateur, consolide ce résultat inédit. L´essor de la filière devient remarquable pour davantage susciter les convoitises des investisseurs.

Au-delà de développer des liens commerciaux avec les pays de la Communauté économique des Etats de l´Afrique de l´Ouest, la Turquie veut protéger ses investissements sur le continent.

Directeur général de la Bourse régionale des valeurs mobilières basée à Abidjan, Edoh Kossi Amenounve décortique l'environnement des PME. Il soutient que les freins à l'entrée en Bourse des PME doivent être traités bien en amont des Bourses, mais qu'un élargissement de la BRVM leur serait bénéfique.

Les Hommes d´affaires Sud-africains entreprennent depuis ce 17 août et ce jusqu´au 19 août une mission de vente et d´investissements au Ghana et au Nigeria. Cette visite a pour but d´accrotre le commerce et les investissements et d´approfondir les relations bilatérales relations entre les trois nations.

A la suite d´un agrément de la Commission régionale de contrle des assurances, organe de la Conférence interafricaine du marché des assurances, Saham Asurances, SAAR et la Confédération des institutions de l´Afrique de l´ouest vont désormais mener leurs activités au Gabon, en Cte d´Ivoire et au Bénin.

Les fonds octroyés par la Banque mondiale sous forme de prêt permettront d´engager une série de réformes dans le transport routier, les ports et les points d´entrée terrestres, en vue de favoriser une meilleure intégration régionale ainsi que les échanges commerciaux.


Le groupe de la Banque mondiale vient d´apporter un appui conséquent dans le secteur des transports terrestres en Afrique de l´Ouest. Le Conseil d´administration de cette institution de Brettons Wood a approuvé le déblocage d´une importante somme de 100 millions de dollars pour réduire les coûts de transport entre la Cte d´Ivoire et le Burkina-Faso. Cette décision est confirmée dans un communiqué publié ce 24 juin.

Chaque pays recevra 50 millions de dollars de l´Association internationale de développement, AID, une filiale la Banque mondiale. Ces fonds octroyés sous forme de prêt vont réduire les coûts de transactions le long de l´important corridor commercial entre Abidjan (la capitale économique ivoirienne, Ndlr) et Ouagadougou (la capitale burkinaise, Ndlr), à travers une série de réformes dans le transport routier, les ports maritimes et les points d´entrée terrestres, les procédures de dédouanement et les postes-frontières de chacun des deux pays, a indiqué le groupe.

En effet, le coût excessif du transport des marchandises constitue l´une des principales entraves à la croissance économique et à la réduction de la pauvreté, en Cte d´Ivoire comme au Burkina Faso , a souligné la Banque mondiale.

cette opération inédite contribuera largement à mettre fin à la pauvreté et à promouvoir une prospérité partagée au Burkina-Faso et en Cte-d´Ivoire , a précisé le directeur des opérations de la Banque mondiale pour la Cte-d´Ivoire, Burkina-Faso, Bénin, Guinée et Togo, Ousmane Diagana.

Et en rendant les transports moins onéreux, en facilitant les échanges et en promouvant l´intégration régionale, les réformes appuyées par ce projet entraineront dans les deux pays des gains généralisés de bien-être, puisqu´elles profiteront aux producteurs de produits exportés ainsi qu´aux entreprises qui transportent ces marchandises , a-t-il indiqué dans Fraternité Matin, le journal ivoirien.

Le secteur agricole ne sera pas en reste. Les fonds octroyés par la Banque mondiale vont également permettre de favoriser le bien-être des agriculteurs locaux en professionnalisant et en modernisant ce secteur au sein des deux nations, par le respect des réglementations sur les surcharges.

Par Joseph Samuel Zoé

Cette reconnaissance vient à point tant dans le plan stratégique 2015-2018 adopté en novembre 2014, la Boad se veut plus que jamais le partenaire privilégié des Etats et du secteur privé. Elle tient toujours à promouvoir le développement équilibré des Etats membres et de réaliser l´intégration économique de l´Afrique de l´Ouest en finançant les projets prioritaires de développement .

L´usine de production d´huile d´arachide de Kita à 182 km de Bamako va nécessiter un investissement de 30 milliards de Fcfa pour une production de 30 000 t par an. L´arachide du reste la principale source de revenus des exploitants agricoles, est cultivée sur environ 36% de la superficie totale au Mali. C´est dire que cette spéculation au cours de la campagne agricole 2014-2015 a été semée sur 319 669 hectares.

Le FMI met en cause l´épidémie Ebola qui n´est toujours pas matrisée. La maladie qui a déjà fait plus de 10 000 morts sur le continent va encore peser cette année sur la croissance économique de cette nation ouest africaine.

Page 1 sur 3

Innov´ Acteurs

MATIèRES PREMIèRES

ECHOS DE LA BOURSE

IFC
4.25% %
SOCAPALM
22 000 FCFA
SAFACAM 31 998 FCFA
SEMC
60 999 FCFA
04/10/2017 source DSX

COURS DES DéVISES

Convertisseur de devises

Convertir 

en