Lundi, 15 Octobre 2018 19:53

Bachir Rachdi: « L’enjeu est de doter les entreprises des moyens de flexibilité et d’adaptabilité pour anticiper les évolutions »

Involys, éditeur de logiciels, reconduit les rendez-vous Hémisphère lancés en 2013. L’éditeur organise un meeting avec le public le 16 octobre à Rabat au lendemain de celui organisé le 11 octobre à Casablanca, avec le secteur privé. L’idée consiste à approfondir la réflexion et consolider des retours d’expériences des acteurs, aussi bien au niveau national qu’international. Innovation, best practices, opportunités, limites… Tour d’horizon avec Bachir Rachdi, PDG d’Involys


 

Comment se porte le marché de l’édition des logiciels?

Le marché de l’édition des logiciels est en croissance continue. Il y a de grands succès de quelques éditeurs marocains qui ont réussi à s’imposer comme leaders dans leurs domaines respectifs, aussi bien à l’échelle nationale qu’internationale. Il y a aussi plusieurs initiatives et de nouveaux acteurs motivés par l’innovation et l’exploitation des possibilités offertes par les nouvelles technologies et les besoins qui émergent. Mais tout cela réuni et analysé à la lumière des énormes besoins et du vrai potentiel que représente cet axe pour le développement de l’économie nationale, il y a encore beaucoup de chemin à parcourir.

Quels sont les enjeux de la transformation digitale pour les entreprises du secteur?
Les grandes mutations que connaît le monde, dont la transformation digitale en est une composante centrale, ne connaissent pas de frontières. Elles touchent tous les pays et toutes les sociétés sans exception, avec des enjeux majeurs et des impacts incontournables. Schématiquement, il y a les pays qui sont les acteurs principaux de ces transformations et qui en façonnent, dans une large mesure, les orientations. Et il y a ceux qui se positionnent pour capter une part plus ou moins importante des fruits. Enfin, il y a ceux qui risquent d’absorber les chocs sans en tirer réellement profit.
Le Maroc, dont les citoyens et la société civile se sont largement emparés d’un pan important des apports de la transformation digitale, devrait marquer une inflexion majeure en accélérant le rythme et en mettant en œuvre une nouvelle stratégie nationale du numérique qui lui assure un positionnement parmi les pays qui mettent à profit ladite transformation digitale, comme moyen, mais aussi comme levier de développement économique. A cet effet, les entreprises du secteur, notamment les éditeurs de logiciels comme Involys, et de nouveaux éditeurs qui viendraient renforcer l’écosystème pourraient accompagner cette dynamique par la mise en place de solutions à la pointe des technologies, au service des stratégies publiques et privées. L’enjeu est de les doter des moyens de flexibilité et d’adaptabilité pour anticiper les évolutions à venir.

Certes, la transformation induit des ruptures, mais il y a aussi des gisements d’opportunités dans son sillage?
La transformation apporte des changements qui créent des ruptures à tous les niveaux, au niveau des attentes des usagers… Il s’ensuit que les produits et services doivent impérativement s’adapter à ces mutations. Les entreprises doivent prendre en charge ces changements qui ne sont pas ponctuels mais qui s’inscrivent plutôt dans une dynamique qui est enclenchée et qui est appelée à s’amplifier. Ceci dit, les enjeux des PME et de toutes les entreprises de manière générale se situent au niveau de leur capacité à intégrer ces transformations et à assurer la flexibilité et l’adaptabilité, qui en découlent, pour être réellement capables d’interagir avec leurs écosystèmes, sans quoi, elles risquent de se trouver en déphasage avec leur marché et de voir leur fragilité augmenter.
Il est certain aussi que les entreprises qui embarquent ces transformations ne manqueront pas de saisir plusieurs opportunités, notamment en termes de compétitivité, de possibilité à s’exporter plus facilement de délivrer des services et de s’insérer dans les chaînes de production à l’international…

Justement, comment concilier orientations stratégiques et contraintes budgétaires?
Notre conception de cette problématique est plus large et donc plus à même de garantir la conciliation attendue. Il est nécessaire tout d’abord de prendre en charge tout le processus de déclinaison des orientations stratégiques depuis leur définition jusqu’à leur traduction sur le plan opérationnel et la mesure de l’atteinte des objectifs correspondants. Aujourd’hui, il est nécessaire de mettre à la disposition des programmes et des projets, qui découlent des orientations stratégiques et dans l’ordre de priorités et des impacts attendus, les moyens financiers, humains et matériels qui sont à même de permettre leur réalisation et par conséquent, l’atteinte des objectifs. Cela suppose, tout d’abord, une capacité à identifier et maîtriser les besoins et à simuler avec précision les impacts ainsi que la capacité à disposer des moyens de montage, de projections, de programmation de priorisation, d’analyse des scenarii et de leurs impacts…

Que représente le coût de la transformation digitale pour l’entreprise?
D’abord, le coût de la non-transformation pour une entreprise est quasiment connu. Une entreprise qui n’intègre pas la transformation digitale se fragilise. Elle se déconnecte de son écosystème et à terme pourrait connaître de sérieuses difficultés sur ses marchés. Sur le coût de la transformation, il convient de rappeler que les technologies qui marquent les mutations (mobilité, robotique, objets connectés, Big Data, intelligence artificielle, impression 3D…) se démocratisent de plus en plus. Les développements de sophistication des apports de ces technologies sont également accompagnés de baisses continues des coûts. Du coup, le prix d’acquisition des technologies ne constitue pas un frein en soi. La question est plus en rapport avec l’organisation et les changements qui s’opèrent au sein de l’entreprise (mode de production, d’approvisionnement…). Dans ce sens, une entreprise a surtout besoin d’accompagnement pour assurer ces changements.

Avec l’Economiste.com

Lu 290 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Innov’ Acteurs

Interview de la semaine

MATIÈRES PREMIÈRES

CACAO
938 FCFA / Kg
CAFÉ
1413  FCFA / Kg
CAOUTCHOUC

131,7 USCT /kg

SUCRE
251,56 $ /tonne
27/07/2018 source Projet SIF/Fode

ECHOS DE LA BOURSE

IFC
4.25% %
SOCAPALM
22 501 FCFA
SAFACAM

28 800 FCFA

SEMC

59 999 FCFA

27/07/2018 source DSX

COURS DES DÉVISES

GBP 

766,125 FCFA
CHF 

610,817 FCFA
USD

622,291 FCFA
JPY 

5,315 FCFA
04/01/2017 source Afriland First Bank

Convertisseur de devises

Convertir 

en