Jeudi, 30 Juillet 2015 17:56

Ghislain Moundounga: « Il faut faire confiance aux entreprises locales »

GM Energie, est une PME gabonaise spécialisée dans les services pétroliers et essentiellement le forage et la fourniture des produits chimiques utilisés dans le secteur des hydrocarbures. Elle a commencé ses activités en 2008 et véritablement démarré en 2011. Le PDG de cette entreprise installée au Gabon, au Congo, au Maroc, en Algérie, au Cameroun et bientôt au Tchad plaide pour l’intégration des sociétés nationales dans le secteur opaque des hydrocarbures. Nous l’avons rencontré lors du forum sur le contenu local organisé à Libreville du 07 au 08 juillet 2015

Qu’est-ce que le contenu local
Le contenu local représente essentiellement la part de la valeur ajoutée de tous les investissements servant à produire le pétrole dans le secteur des hydrocarbures. Il représente une source d’investissement et de croissance énorme pour les entreprises locales. Donc, lorsque c’est bien fait, la participation de tous est importante. Et pour qu’on aboutisse à des résultats probants, et palpables, il faut rapprocher différents secteurs, les mettre ensemble, partager les mêmes informations et recueillir ce que chacun voudrait pour que ça marche. C’est ce qui se fait au forum sur le global local content forum ou forum sur le contenu local organisé à Libreville.

La décision du gouvernement d’instituer le contenu local dans le secteur des hydrocarbures est certainement du pain béni pour vous…
Ce sera un coup de pouce. Personnellement jusqu’à l’année dernière, j’ai dû me battre bec et ongles sur le plan technique, HSSE, commercial, pour pouvoir avoir des marchés. Du coup, en mettant un élément de loi qui permettra de soutenir l’industrie des compagnies locales, ça permettra que ces compagnies ne puissent plus rencontrer les difficultés que j’ai connues au moment de la pénétration du marché. C’est quelque chose de nouveau. Nous avons les compagnies détentrices de titres miniers qui fournissent des contrats à de sous-traitants, mais ces opérateurs sont dans leur bulle. Ils  se disent qu’il n’y a pas des compagnies locales qui existent, alors qu’il y a un certain nombre de compagnies locales qui sont en train de se structurer et d’autres qui naissent. Si les compagnies qui naissent, même si elles sont nombrilistes ou une dizaine n’ont pas de marchés, si elles n’arrivent pas à pénétrer le marché pour avoir des contrats, elles ne pourront pas créer une certaine émulation. Et donc, on n’avancera pas.

Le problème de l’expertise est tout de même posé par les multinationales. S’il n’y a pas d’expertise, pourquoi revendiquez-vous des parts de marché ?
Au Gabon, nous avons de l’expertise. J’ai personnellement évalué ces entreprises, et je peux garantir de la qualité de leur service. Donc, il faut faire confiance aux entreprises locales. Pas une confiance aveugle, parce qu’il faut quand même répondre aux exigences HSSE et techniques requises par les clients. Ce que je demande c’est un accompagnage et une volonté de travailler avec les entreprises locales. Il y a des clients qui refusent d’ouvrir la porte à la compagnie sous prétexte qu’elle n’a pas subi l’audit pour pouvoir être listée en tant que fournisseur. Mais nous savons qu’il y a de compagnie de services internationaux qui s’implantent au Gabon, qui n’ont pas subi d’audit mais qui auront des contrats en peu de temps. Elles n’ont pas de bureaux, pas d’infrastructures, mais le client va le leur fournir.

Mais au Gabon, déjà des entreprises, majors du secteur des hydrocarbures appliquent le contenu local
Tout à fait. L’exemple de Shell est un exemple à suivre parce que l’entreprise désigne quelqu’un, elle met à sa disposition des ressources financières, il est rémunéré. Son travail est de « sourcer » toutes les entreprises locales qui existent et pouvoir les amener aux standards requis par Shell afin que ces compagnies puissent participer de manière effective aux appels d’offre. Alors qu’avec les autres compagnies, vous postulez, vous êtes soit retenu, soit éliminé.

Propos recueillis par Cathy Koum

Lu 927 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Innov’ Acteurs

Interview de la semaine

MATIÈRES PREMIÈRES

CACAO
938 FCFA / Kg
CAFÉ
1413  FCFA / Kg
CAOUTCHOUC

131,7 USCT /kg

SUCRE
251,56 $ /tonne
27/07/2018 source Projet SIF/Fode

ECHOS DE LA BOURSE

IFC
4.25% %
SOCAPALM
22 501 FCFA
SAFACAM

28 800 FCFA

SEMC

59 999 FCFA

27/07/2018 source DSX

COURS DES DÉVISES

GBP 

766,125 FCFA
CHF 

610,817 FCFA
USD

622,291 FCFA
JPY 

5,315 FCFA
04/01/2017 source Afriland First Bank

Convertisseur de devises

Convertir 

en