Afficher les éléments par tag : pétrole

Les producteurs et les consommateurs comptent sur l’éventuel accord de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole portant sur un gel de production. Il est susceptible d’arrêter la saignée.

Selon le GRIP, le défi majeur  reste de transformer la manne financière issue du pétrole en une opportunité de développement bénéfique aux populations au point d’éviter la malédiction du pétrole.


La découverte d’un gisement de gaz naturel au Sénégal sert d’opportunité à ce pays pour consolider sa « capacité d’être indépendant d’un point de vue énergétique », indique  le ministre sénégalais de l’énergie, Thierno Alassane Sall.

Cette annonce de la société américaine Kosmos Energy, détentrice depuis 2014 de droits d’exploration d’hydrocarbures au Sénégal  confirme aussi la possibilité du pays à « vendre (du gaz) au reste du monde ».

Les réserves de ce gisement offshore au large de Saint-Louis sont estimées à 450 milliards de mètres cubes. Le Sénégal garde l’espoir de produire son premier baril d’or noir « en 2019-2020 » suite à la découverte en octobre 2014 d’un gisement de pétrole « au large des côtes de Sangomar », sur le littoral sud-ouest du Sénégal.

Le groupe pétrolier italien ENI annonce le 30 août 2015 la découverte d’un gisement gazier au large des côtes de l’Egypte. Selon cette compagnie, c’est « le plus important jamais trouvé en Méditerranée ». Ce gisement à en croire ENI renfermerait 850 milliards de mètres cubes. L’exploitation de ce gaz,  l’équivalent de 5,5 milliards de barils de pétrole, va mieux positionner l’Égypte au rang des producteurs de gaz du continent.

La Mauritanie, producteur de pétrole depuis 2006, conserve de bonnes perspectives depuis le repérage de gisements estimés à un milliard de barils de pétrole. Le pays maintient ces perspectives avec la découverte en 2015 du gaz de Banda, à 50 km au large de Nouakchott.

La Société nationale des hydrocarbures, SNH, annonce en juillet 2015 dans un communiqué la découverte d’un nouveau gisement de pétrole au nord du Cameroun. Une équipe chinoise selon la SNH « a rencontré une série de réservoirs sableux imprégnés d’hydrocarbures liquides sur une hauteur d’environ 18 mètres ».

Selon le GRIP, «le défi majeur sera de transformer la manne financière issue du pétrole en une opportunité de développement bénéfique aux populations, pour éviter que la malédiction du pétrole».

Par Charles Nwanochi

 

La BAD recherche un Expert en Pétrole
Titre du poste: Expert en chef de la réglementation du secteur du Petrole - CARN
Grade: PL-3
Poste N°: 50001017
Référence: ADB/16/066
Date de publication: 09/05/2016
Date de clôture: 29/05/2016
Pays: Côte d'Ivoire

Objectifs

Le Centre africain des ressources naturelles (CARN) est une entité de la Banque africaine de développement qui a été créée en 2014. Le Centre a un double mandat. Sur le plan extérieur, il aide les pays membres régionaux (PMR) à améliorer leurs résultats en matière de développement par une gestion efficace des ressources naturelles, en fournissant des solutions pratiques concernant les décisions stratégiques et législatives, ainsi que les investissements dans le secteur. Au plan interne, il assure la cohésion des activités de la Banque dans le secteur, en dirigeant l’élaboration de la stratégie de gestion des ressources naturelles qui offre à la Banque une perspective unique s’agissant des opportunités et des défis qui se posent dans le secteur. Si nécessaire, le Centre offre également aux organes de prêt de la Banque son expertise dans le secteur afin d’améliorer la mise en œuvre des stratégies nationales, de renforcer les performances des projets d’investissement et de compléter l’éventail des possibilités d’investissement.

Le champ d’intervention du Centre comprend à la fois les ressources renouvelables (forêts, pêches, terres et eaux) et les ressources non renouvelables (pétrole, gaz et minéraux). Le programme de travail met l’accent sur le renforcement des capacités des PMR et couvre le conseil politique, l’assistance technique, le travail de plaidoyer et le renforcement des connaissances. Le contenu des programmes s’appuie sur la Stratégie décennale, la Stratégie de gestion des ressources humaines, les Stratégies au titre des Cinq grandes priorités, la Stratégie et le Plan d’activités du Centre, les demandes des PMR et les initiatives de partenariat avec les organisations régionales et internationales.

Fonctions et responsabilités
La mission principale de ce poste est de diriger la conception et la mise en œuvre des programmes de conseil stratégique et de renforcement des capacités dans le secteur pétrolier à l’intention des PMR. Le champ d’intervention couvre la coordination du soutien aux politiques et aux cadres juridiques, en vue de renforcer les capacités institutionnelles et les compétences des PMR dans le cadre de la réglementation du secteur et de la gestion des investissements publics au niveau des projets pétroliers. Le/la titulaire du poste devra fournir un contenu technique aux programmes de conseil aux PMR sur les réformes politiques, juridiques et institutionnelles concernant les questions de réglementation et les questions stratégiques. Il/elle sera le point focal du Centre dans la gestion des relations avec les consultants et les partenaires institutionnels, ainsi que pour les relations avec les organes du secteur privé et les départements de la Banque. Le/la titulaire du poste fournira également un appui technique à l’équipe d’analyse politique dans le secteur du pétrole. Il/elle dirigera également les initiatives de plaidoyer et coordonnera les programmes de renforcement des connaissances dans les domaines d’intervention du Centre.

Le/la titulaire du poste atteindra ses objectifs de la manière suivante :

en concevant des solutions et des programmes d’appui pour renforcer les capacités des PMR ;
en coordonnant le travail de conseil sur les questions de réglementation dans le domaine du pétrole, notamment les structures politiques, juridiques et institutionnelles ;
en dirigeant la structure de conseils techniques pour la négociation de projets de développement du secteur pétrolier entre les PMR et les investisseurs ;
en assurant la conception et l’orientation des aspects techniques des programmes de travail exécutés par les experts et les consultants ;
en se tenant informé de l’évolution mondiale des politiques du secteur pétrolier, afin d’améliorer la gouvernance du secteur ;
en collaborant avec les autres départements et groupes de réflexion de la Banque à la formulation de politiques de référence en vue d’aider les PMR à renforcer leur savoir-faire institutionnel ;
en identifiant les domaines potentiels d’appui aux PMR et en concevant des interventions appropriées ;
en se tenant informé des conventions internationales et régionales relatives au secteur pétrolier ;
en développant des partenariats avec les homologues des régions, les Organisations de la Société Civile (OSC), l’industrie et les groupes de réflexion dans le secteur pétrolier ;
en conseillant le chef de la division sur les programmes du secteur pétrolier ;
en gérant toutes les ressources allouées à ce rôle spécifique.

Critères de sélection

Notamment compétences, connaissances et expérience souhaitables

Être titulaire au moins d’un Master2, DEA ou DESS dans le domaine des hydrocarbures, de préférence le pétrole, notamment dans la politique pétrolière, l’ingénierie pétrolière, l’économie pétrolière ou dans des disciplines connexes.

Justifier d’un minimum de sept (7) années d’expérience professionnelle pertinente dans le secteur  pétrolier, le cadre réglementaire,  les organisations internationales ou un groupe de réflexion sur le secteur :

Outre les qualifications officielles, le/la titulaire du poste devra avoir les compétences suivantes :
connaissance du cadre règlementaire dans le secteur pétrolier et des initiatives régionales dans le secteur ;
connaissance des différents stades de la chaîne de valeur économique du pétrole ;
connaissance des aspects commerciaux et techniques du secteur pétrolier, connaissance appliquée dans au moins une des disciplines spécifiées sous la rubrique des qualifications ;
conception des propositions de financement, des notes d’orientation et des documents de travail ;
élaboration des notes d’orientation, des documents de travail et des études de cas ;
connaissance des principes de bonne gouvernance ;
connaissance des personnes influentes dans le domaine de la politique gouvernementale ;
capacité d’interagir avec les cadres supérieurs des secteurs public et privé ;
capacité et aptitude à travailler de manière autonome pour interagir avec les cadres supérieurs sur les plans régional et international ;
excellentes aptitudes à la communication orale et écrite en anglais ou en français, avec une bonne connaissance pratique de l’autre langue ;
capacité à travailler avec les logiciels habituels de la Banque (Word, Excel, Access et PowerPoint).

Postuler en ligne

La stratégie élaborée mise sur la politique gazière du pays. L’Algérie en priorité veut augmenter sa production et préserver des parts de marché des exportations algériennes sur le marché mondial.

Le projet à mettre en œuvre dans un futur va concrétiser une politique commune de raffinage et de distribution des produits pétroliers en étude au sein de la commission Cemac.

La prospérité du Gabon reste cacher dans la transformation de ses matières premières. Et passer cette étape, le président gabonais est convaincu que «c’est une voie qui amènera notre économie à être plus performante ». Le Gabon maintient son ambition à devenir le leader mondial du bois tropical certifié.

Titre du poste: Chargé(e) en Chef de la réglementation du secteur du pétrole

Grade: PL3

Poste N°: NA

Référence: ADB/15/006

Date de publication: 13/01/2015

Date de clôture: 01/02/2015

Objectifs

Le Centre africain des ressources naturelles (CARN) est une entité de la Banque africaine de développement qui a été créée en 2014. Le Centre a un double mandat. Sur le plan extérieur, il aide les Pays membres régionaux (PMR) à améliorer leurs résultats en matière de développement par une gestion efficace des abondantes ressources naturelles, en fournissant des solutions pratiques concernant les questions stratégiques, législatives et les investissements dans le secteur. Sur le plan interne, il assure la cohésion des activités de la Banque dans le secteur en offrant une perspective unique à travers laquelle l’institution perçoit et aborde les opportunités et les défis en matière de développement du secteur. Si nécessaire, le Centre offre aussi l’appui de l’expertise des organes de prêt de la Banque dans le secteur pour améliorer la mise en œuvre des stratégies nationales et complète l’éventail d’opportunités d’investissement.

Le champ d’intervention du Centre couvre à la fois les ressources renouvelables et les ressources non-renouvelables. Le programme des travaux met l’accent sur le renforcement des capacités des PMR et couvre le conseil politique, l’assistance technique, la promotion d’idées et le développement du savoir. Le contenu des programmes s’appuie sur la Stratégie décennale de la Banque, la Stratégie et le Plan d’activités du Centre, les demandes des PRM et les initiatives de partenariat avec les organisations régionales et internationales.

 

Fonctions et responsabilités

 

L’objectif premier de ce poste est de diriger la coordination de la mise en œuvre des services de conseil aux PMR concernant les politiques, les lois et les cadres institutionnels du secteur du pétrole en vue de renforcer les capacités institutionnelles et les compétences des PMR dans le cadre de la réglementation du secteur. Le champ d’intervention couvre le secteur du pétrole. Le titulaire du poste devra diriger des programmes de conseil aux PRM sur les réformes politiques, juridiques et institutionnelles concernant les questions de réglementation. Il ou elle sera le point focal du Centre dans la gestion des relations avec les consultants et les partenaires institutionnels, ainsi que les relations avec les organes pertinents de la Banque et les gouvernements régionaux. Le titulaire du poste dirigera également les initiatives de plaidoyer et coordonnera les programmes de développement du savoir dans les domaines d’intervention convenus.

 

Le titulaire du poste atteindra ces objectifs de la manière suivante :

en coordonnant le travail de conseil sur les questions de réglementation dans le domaine du pétrole, notamment les structures politiques, juridiques et institutionnelles ;

en dirigeant la fourniture de conseils stratégiques pour les négociations des projets du secteur pétrolier entre les PMR et les investisseurs ;

en assurant la conception et la supervision des programmes de travail convenus mis en œuvre par les experts fournissant un appui de spécialiste ;

en établissant des références mondiales pour les régimes d’autorisation dans les industries extractives ;

en gérant une base de données des profils pays sur la gouvernance politique, juridique et institutionnelle dans le secteur ;

en collaborant avec les autres départements et groupes de réflexion de la Banque à la formulation de politiques relatives aux références en vue d’aider les PMR à développer un savoir-faire institutionnel ;

en identifiant les domaines potentiels d’appui aux PMR et par les donateurs ;

en identifiant et développant des partenariats avec les homologues internes et extérieurs au niveau des PMR, des CER, de l’industrie et des groupes de réflexion ;

en se tenant informé des conventions régionales et internationales ;

en conseillant le Directeur sur les questions pertinentes ;

en gérant toutes les ressources allouées à ce rôle spécifique.

 

Critères de sélection

Notamment compétences, connaissances et expérience souhaitables

Être titulaire au moins d’un diplôme de maîtrise dans les domaines de la politique et de la conception relatives aux industries extractives ou de la gestion des ressources pétrolières ou dans des disciplines connexes.

Avoir un minimum de 7 années d’expérience pertinente dans le secteur, les organisations internationales, l’environnement de la réglementation ou un groupe de réflexion axé sur le secteur.

Connaître l’environnement de la réglementation dans le secteur de l’extraction, des initiatives régionales dans le secteur, des programmes de développement et des protocoles pertinents de l’UA.

Comprendre le mandat et les fonctions génériques des organes de réglementation et des cadastres.

Avoir une connaissance pratique des différents stades de la chaîne de valeur du pétrole,

Avoir une connaissance appliquée dans au moins l’une des disciplines spécifiées au titre des qualifications.

Avoir des compétences en développement des connaissances, notamment l’analyse, la conception et la mise en œuvre de projets de recherche.

Être capable de compiler des propositions de financement, des notes d’orientation et des rapports de projet.

Avoir une connaissance des principes de bonne gouvernance dans le domaine du commerce transnational.

Être capable d’interagir avec les cadres supérieurs des secteurs public et privé.

Connaître les personnes influentes dans le domaine de la politique gouvernementale.

Avoir la capacité et l’aptitude à travailler de manière autonome pour traiter avec les cadres supérieurs sur les plans régional et international.

Posséder d’excellentes compétences en matière de communication écrite et verbale en anglais/français, avec une bonne connaissance pratique de l’autre langue.

Pouvoir utiliser les logiciels standards de Microsoft (Word, Excel, Access, et PowerPoint).

Les entreprises françaises du secteur du pétrole, des mines, du gaz et du bois, officiellement soumises à déclarer les revenus payés aux États où elles exercent leurs activités.

La China National Petroleum Corporation refuse de payer une amende de 800 millions d’euros écopée pour dégradation de l’environnement.

Le ministre du pétrole a annoncé samedi 9 août la sanction de la China National Peutroleum Company,Cnpc, qui a ignoré les plaintes de dégradation de l’environnement émanant du gouvernement.

Page 1 sur 2

Innov’ Acteurs

Interview de la semaine

MATIÈRES PREMIÈRES

CACAO
938 FCFA / Kg
CAFÉ
1413  FCFA / Kg
CAOUTCHOUC
144,4 USCT /kg
SUCRE
294,99 $ /tonne
22/02/2018 source Projet SIF/Fode

ECHOS DE LA BOURSE

IFC
4.25% %
SOCAPALM
21 700 FCFA
SAFACAM 28 900 FCFA
SEMC
61 998 FCFA
22/02/2018 source DSX

COURS DES DÉVISES

GBP 

766,125 FCFA
CHF 

610,817 FCFA
USD

622,291 FCFA
JPY 

5,315 FCFA
04/01/2017 source Afriland First Bank

Convertisseur de devises

Convertir 

en