Afficher les éléments par tag : production

Après une saison marquée par une stagnation de la transformation des fèves, les autorités camerounaises envisagent au vu des perspectives de la dernière campagne, de relever le taux de broyage.


Depuis le 04 septembre, la campagne cacaoyère 2015 est officiellement lancée. Cette année, le cap sera mis sur la transformation avec en perspective un objectif de 70 000 tonnes de fèves broyées localement.

Cette ambition des acteurs de la filière repose sur la mise en service de deux unités de broyage créées l´année dernière à Douala et Yaoundé. Elles ont permis de transformer un volume total de 20 000 tonnes. Par ailleurs, les unités artisanales ont réussi à transformer 10 000 tonnes de fèves.

Au niveau industriel, 32 803 tonnes de cacao ont été transformées localement au cours de cette campagne écoulée. Ce volume, par rapport à la saison 2013, est en augmentation.

Selon les responsables de la filière, cette situation procède de la progression des quantités de broyage de Sic Cacaos et de Chococam, les deux transformateurs historiques présents au Cameroun, dont les capacités communes ont été portées à 32 792 677 kg.

Par ailleurs, le comportement du produit tout au long de l´année laisse présager de bonnes perspectives. Car, selon l´Office national du cacao et du café, dans les bassins de production, les efforts des producteurs ont été récompensés par une bonne tenue des cours qui oscillent entre 750 Fcfa le kg et 1 275 Fcfa.

Ce sont cependant les cacaoculteurs de la région du Centre du pays qui ont le plus profité de la bonne tenue des prix arrachant parfois près de 1 200 Fcfa aux acheteurs. Ceci à cause des ventes groupées auxquelles se sont mis les producteurs de cette région, au contraire de ceux de la region de l´Est du Cameroun qui continuent de vendre en rangs dispersés leur cacao.

Au niveau de la production, l´on affiche une baisse de19 % par rapport à la campagne 2013 qui a permis de produire 228 911 tonnes de fèves. Cette année, c´est 209 000 tonnes qui sont sorties des plantations de l´ensemble des bassins de production.

Par Pierre Célestin Atangana

Ces usines permettront au géant suisse de s´adapter aux contraintes liées au marché africain et la priorité sera donnée à des activités de transformation simples telles que le reconditionnement et le mélange de produits secs.

Sa production quotidienne de 1300 panneaux solaires va générer 250 emplois directs.

Le projet du Nouveau riz pour l´Afrique, ou "New Rice for Africa", Nerica, de la Banque africaine de développement, BAD, vient d´être primé par le Trésor américain parmi 29 projets présentés par des banques multilatérales de développement.

C'est l´objectif de la Commission économique du bétail, de la viande et des ressources halieutiques pour la prochaine décennie.

Le gouvernement camerounais a noté des progrès du programme agropoles et compte du fait de cette évolution aller jusqu´au bout des choses en accordant aux producteurs un soutien financier de 3 milliards Fcfa pour l´exercice budgétaire 2014.


Jusqu´ici, le gouvernement camerounais ne trouve pas à redire sur le programme agropoles. Il a Œuvré pour la mise en place de quinze agropoles dans les filières avicole, porcine, poisson et végétales au Cameroun

La filière avicole s´est agrandie avec la création de trois unités de production. La localité de Bomono, dans la région du Littoral est bonifiée d´une structure de production, d´abattage et de commercialisation des poulets de chair d´une capacité de production de 2,4 millions de poulets. Cette capacité va permettre à cette unité nouvellement créer de mettre sur le marché camerounais autant de poulets.

Une production et de transformation des poulets de chair a été créée dans la localité de Yabassi, région du Littoral dans le sens de produire 528 000 poulets par an. A Baleng (région de l´Ouest), c´est l´unité de production et de commercialisation des Œufs de table qui a été renforcée pour produire chaque année 25 millions d´Œufs. Toute chose qui induit sur le prix de l´alvéole d´Œufs. Bafoussam, il se commercialise à 1 300 Fcfa contre 1 800 Fcfa.

Plus d´une année après le lancement de ses activités, le programme agropoles s´illustre par la création des unités de production et de transformation de la viande de porc à Kribi dans la région du Sud, à Bafoussam dans l´ouest du pays et à Yaoundé. Chaque année, elles vont fournir le marché camerounais respectivement de 9 200 porcs, de 7 300 porcs et de 25 800 porcs. Cette évolution notée concourt à résorber 30% du déficit.

L´avenir de la filière poisson se conjugue avec la création d´un agropole à Bankim, une localité de la région de l´Adamaoua dans la perspective de produire plus de 1 800 tonnes de poisson par an.

Dix unités de production et de transformation ont été créées dans les filières végétales. A Mokolo dans l´Extrême Nord du pays, le gouvernement camerounais attend une production et la transformation de 8 000 tonnes de soja par an. A Galim, dans la région de l´Ouest, ce sont 3 500 tonnes de riz fluvial qui se verront transformer et commercialiser par an. On attend des agropoles de Mbandjock, et de Nkoteng/Lembe Yezoum dans la région du Centre de renforcer leur production respectivement de 2 770 tonnes et de 9 600 tonnes par an

Trois unités de production de mas créés dans la région du Nord notamment dans les localités de Sirdjam avec pour objectif de produire 2 120 tonnes, de Oure Doule (890 tonnes) et de Karewa (1 660 tonnes). La production et la transformation de 16 000 tonnes de fèves de cacao sera le fait d´une entreprise à Mbalmayo dans la région du Centre.

Le gouvernement camerounais a noté des progrès et compte du fait de cette évolution aller jusqu´au bout des choses. Il accorde aux producteurs un soutien financier de 3 milliards Fcfa pour l´exercice budgétaire 2014.

Par Charles Nwanochi

Page 2 sur 2

Innov´ Acteurs

MATIèRES PREMIèRES

ECHOS DE LA BOURSE

IFC
4.25% %
SOCAPALM
22 000 FCFA
SAFACAM 31 998 FCFA
SEMC
60 999 FCFA
04/10/2017 source DSX

COURS DES DéVISES

Convertisseur de devises

Convertir 

en