Vendredi, 12 Octobre 2018 04:51

Zone franc : la fiscalité comme levier pour consolider la croissance

La France et les pays de la zone franc s’accordent sur l’essentiel au terme d’une réunion semestrielle à Paris dans le sens de mobiliser plus de recettes fiscales.

A la suite des assises des ministres de l’Économie et des Finances de la zone franc, constituée de quinze pays d’Afrique Centrale, d’Afrique occidentale et les îles Comores, depuis le 8 octobre à Paris, l’idée de consolider le développement dans cette zone a perduré. Plus que jamais, les ministres ont réfléchi sur les moyens susceptibles de garantir la solidité économique de ces pays et de prévenir le risque d’endettement.

La France et les pays de la zone franc s’accordent sur l’essentiel dans le sens d’une « meilleure mobilisation des recettes fiscales », a indiqué le ministre français des Finances, Bruno Le Maire au point que déjà, un accord lie la France et l’Union économique et monétaire ouest africain (UEMOA). Avec précision le ministre français des Finances a indiqué que c’est pour « atteindre 20% des recettes fiscales dans la richesse nationale, dans le produit intérieur brut ». Ce qui d'ici deux ans, ces recettes au sein de l’UEMOA, vont se chiffrer à 20% du PIB contre 15% aujourd’hui.

Au-delà de « l’engagement de chacun des États membres de l’UEMOA de progresser d’un point de recettes fiscales par an » sans occulter « la situation de sécurité de chaque pays » de cette zone monétaire, un plan d’action a plusieurs volets a été établi à en croire le ministre béninois de l’Économie et des Finances Romuald Wadagni. L’un des volets insiste sur « l’harmonisation des pratiques fiscales pour que les entreprises ne profitent pas des divergences de politique fiscale pour ne payer nulle part finalement », a-t-il précisé.

Déjà, l’UEMOA marque des points avec une croissance de 6,7% en 2017. La Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC), à la traîne, enregistre une croissance de 1,7% en 2017. Entre les deux zones monétaires, l’écart se creuse au point que la zone CFA d’Afrique centrale fournit des efforts en matière de recettes fiscales pour réduire ce retard avec l’Afrique de l’Ouest.

Dans l’immédiat, a indiqué le gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), Abbas Mahamat Tolli, « en moyenne sur cinq ans, le taux de pression fiscale dépassait de 9 à 12% en 2018. Sur cette période, le cas qui illustre bien cette progression, c’est celui d’un pays qui est passé de 4 à 9% ».

Le Gabon pour relever ses recettes fiscales a tablé sur l’imposition des entreprises avec à l’idée de réduire les exonérations fiscales et de rayer du fichier nationale les entreprises « qui n’ont pas de bases légales », à en croire le ministre gabonais de l’Économie. Il va aussi s’appuyer sur l’élargissement de l’assiette fiscale pour augmenter les recettes du pays.

Par CN

Lu 56 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Innov’ Acteurs

Interview de la semaine

MATIÈRES PREMIÈRES

CACAO
938 FCFA / Kg
CAFÉ
1413  FCFA / Kg
CAOUTCHOUC

131,7 USCT /kg

SUCRE
251,56 $ /tonne
27/07/2018 source Projet SIF/Fode

ECHOS DE LA BOURSE

IFC
4.25% %
SOCAPALM
22 501 FCFA
SAFACAM

28 800 FCFA

SEMC

59 999 FCFA

27/07/2018 source DSX

COURS DES DÉVISES

GBP 

766,125 FCFA
CHF 

610,817 FCFA
USD

622,291 FCFA
JPY 

5,315 FCFA
04/01/2017 source Afriland First Bank

Convertisseur de devises

Convertir 

en