Vendredi, 18 Septembre 2015 20:28

L’Algérie tient les clés de sa croissance économique en 2016

Le ministère des Finances-Algérie Le ministère des Finances-Algérie

Le gouvernement compte sur le secteur des hydrocarbures pour réaliser cette performance. Constamment, il constitue un élément clé de la croissance. Malgré une baisse d'activité en 2014 (-0,6%) et la chute des cours du pétrole chiffrée à 46 dollars le baril, le secteur des hydrocarbures « peut annoncer une inversion de la tendance baissière qui l'a caractérisé depuis 2006 », précise l'Office national des statistiques.

 

Les prévisions et estimations du gouvernement algérien laissent optimiste l’opinion nationale. « Pour 2016 nous prévoyons une croissance de 4,6% du PIB qui sera tirée de toutes les branches mais surtout des hydrocarbures », précise le ministre délégué algérien chargé du Budget et de la prospective, Hadji Baba Ammi.

« Nous tablons sur une croissance de 3,76% pour cette année » et avec les dispositions de la loi de finances complémentaire pour 2015, le gouvernement va baisser ses dépenses budgétaires de 9%. Ce qui nécessite « juste un effort de rationalisation », de sa part, admet le ministre délégué Hadji Baba Ammi.

Cet effort de rationalisation va conduire à une dépense soutenue en équipement au point de permettre « à toutes les entreprises de poursuivre normalement leurs plans de charges ». La priorité est accorde à la Sonatrach, maintenue en première ligne du fait qu’elle contribue à 30% au PIB algérien. Surtout que le gouvernement algérien ne s’éloigne pas des dépenses prévisionnels en équipement de la loi de finances 2015 chiffrées à 3 885,8 Mds DZD soit +32,1%.

Le gouvernement compte sur le secteur des hydrocarbures pour réaliser cette performance. Constamment, il constitue un élément clé de la croissance. Malgré une baisse d'activité en 2014 (-0,6%) et la chute des cours du pétrole chiffrée à 46 dollars le baril, le secteur des hydrocarbures « peut annoncer une inversion de la tendance baissière qui l'a caractérisé depuis 2006 », précise l'Office national des statistiques.

Avec le projet de loi portant approbation de l'ordonnance relative à la Loi de finances complémentaire 2015 adopté le 17 septembre, les recettes des exportations d'hydrocarbures attendues sont estimées à 33,8 milliards de dollars et les importations à 57,3 milliards de dollars.

Certes, il enregistre des contre-performances au cours de neuf années écoulées notamment en 2009 (-8%) et en 2013-5,5%. Cela ne se ressent pas tant du fait qu’il contribue jusqu’ici de 60% au budget de l'Etat. Et plus de 95% des recettes extérieures tirées des hydrocarbures poussent l’Algérie à faire du chemin, de surcroît à mesurer l’évolution de ses performances économiques.

Le choc de la baisse du baril provoque des réformes de la part des autorités algériennes. Elles continuent de geler le recrutement des fonctionnaires; retarder la mise en œuvre des grands projets d’investissement jusqu’ici non prioritaires; réintroduire des licences d’importation au point de les rationaliser et les réduire.

Pour autant, elles ne renoncent pas à libéraliser le  commerce extérieur. Tant l’Algérie compte sur les recettes hors hydrocarbures pour se faire du sou. Elle va appuyer sur le levier de la productivité en exploitant au mieux et davantage les foyers de production. Le pays veut redresser la tête.

Par Charles Nwanochi

Lu 1303 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Innov’ Acteurs

Interview de la semaine

MATIÈRES PREMIÈRES

CACAO
938 FCFA / Kg
CAFÉ
1413  FCFA / Kg
CAOUTCHOUC

131,7 USCT /kg

SUCRE
251,56 $ /tonne
27/07/2018 source Projet SIF/Fode

ECHOS DE LA BOURSE

IFC
4.25% %
SOCAPALM
22 501 FCFA
SAFACAM

28 800 FCFA

SEMC

59 999 FCFA

27/07/2018 source DSX

COURS DES DÉVISES

GBP 

766,125 FCFA
CHF 

610,817 FCFA
USD

622,291 FCFA
JPY 

5,315 FCFA
04/01/2017 source Afriland First Bank

Convertisseur de devises

Convertir 

en