Titre du poste: Économiste de recherche supérieur
Grade: PL5
Poste N°: 50065752
Référence: ADB/18/017
Date de publication: 20/02/2018
Date de clôture: 04/03/2018
Pays: Côte d'Ivoire

Objectifs

Créée en 1964, la Banque africaine de développement est la première institution panafricaine de développement. Elle a pour mission de promouvoir la croissance économique et le progrès social dans l’ensemble du continent. Elle compte 80 pays membres, dont 54 pays africains (les pays membres régionaux).  Le programme de développement de la Banque vise à fournir l’appui financier et technique nécessaire aux projets porteurs de transformation qui permettront de réduire sensiblement la pauvreté grâce à une croissance économique inclusive et durable en Afrique. Pour mieux se concentrer sur les objectifs de la Stratégie décennale (2013 2022) et réaliser un plus grand impact sur le développement, cinq domaines  prioritaires ont été définis (les Cinq grandes priorités - High 5), dans lesquels les interventions de la Banque devront s’intensifier , à savoir : l’énergie, l’agriculture/agro-industrie, l’industrialisation, l’intégration régionale et l’amélioration de la qualité de vie des populations africaines.

LE COMPLEXE :

Le Chef-économiste et Vice-président de la gouvernance économique et la gestion du savoir (ECVP) est le porte-parole de la Banque pour les questions à caractère économique et le Vice-président du Complexe responsable des questions relatives à la gouvernance économique et la gestion du savoir. L’ECVP a pour rôle : i) d’assurer le leadership et la visibilité de la Banque dans les domaines de l’économie, des finances, de la gouvernance financière et du développement socioéconomique ; de coordonner la production de travaux analytiques pour informer les politiques et interventions opérationnelles de la Banque; et ii) de mettre systématiquement l’accent sur le rôle essentiel du savoir, de l’expérience et des enseignements tirés, et sur leur impact tangible sur la transformation durable et inclusive des économies  Africaines. L’ECVP fournit aussi un appui direct au Président et à la haute Direction de la Banque sur un large éventail de questions techniques et de gestion dans les vastes domaines de l’économie, des finances, de la gouvernance des finances publiques, de la gestion et de l’économie sociale.

LE DÉPARTEMENT/LA DIVISION QUI RECRUTE :

Le Département de politique macroéconomique, des prévisions et de la recherche (ECMR) est chargé de générer du savoir de qualité et pertinent au développement de l’Afrique. Il apporte un soutien technique aux opérations et aux pays membres régionaux par la production de travaux analytiques rigoureux ; il engage un dialogue de politique à fort impact avec les organes décisionnels au sein et à l’extérieur de la Banque ; et, surtout, il renforce l’efficacité opérationnelle de la Banque dans la réalisation des High 5. Les activités du département couvrent la politique macroéconomique, la viabilité de la dette et les prévisions d’une part, et la microéconomie et l’impact institutionnel et l’impact sur le développement, d’autre part.

La Division de l’impact microéconomique, institutionnel et sur le développement (ECMR.2) travaille essentiellement sur les questions microéconomiques liées au financement du développement, au développement des infrastructures, du secteur privé, des organisations industrielles, à la gouvernance, la compétitivité et le climat d’affaires, à l’agriculture, aux institutions et à l’intégration régionale pour appuyer les High 5 (les cinq domaines prioritaires de la Banque). En outre, ECMR.2 est l’ancrage institutionnel de l’évaluation ex-ante de l’additionnalité et des résultats en matière de développement (ADOA), et de l’évaluation de l’impact des opérations de la Banque. Ces outils font partie du Cadre de résultats de la Banque.

LE POSTE :

L’Économiste de recherche supérieur fait partie de l’équipe d’ECMR.2 et devra réaliser, à la fois des évaluations ADOA des opérations de prêt de la Banque, et des activités de recherche liées aux High 5.
Fonctions et responsabilités

Sous la supervision du Chef de la Division de l’impact microéconomique, institutionnel et sur le développement, l’Économiste de recherche, assumera les fonctions suivantes :

Participation à l’évaluation ex ante de l’additionnalité et des résultats en matière de développement des opérations de prêt de la Banque

1.1. Contribuer et aider l’équipe à réaliser une évaluation ex-ante de l’additionnalité et des résultats en matière de développement des opérations non souveraines et régionales de prêt de la Banque africaine de développement et de tout autre type d’opération, selon les besoins de la direction.

1.2. Contribuer à toute révision du cadre d’évaluation de l’additionnalité et des résultats en matière de développement pour les opérations sur la base de l’expérience acquise dans la mise en œuvre et des enseignements tirés d’autres institutions de financement du développement.

Participer aux activités de recherche dans les domaines qui contribuent aux High 5 de la Banque (domaines hautement prioritaires, à savoir : Éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie (Énergie), Nourrir l’Afrique (Agriculture et nutrition), Industrialiser l’Afrique (Industrialisation), Intégrer l’Afrique (Intégration régionale) et Améliorer la qualité de vie des populations africaines (développement socio-économique durable). Cela comprend également le renforcement de la production du savoir dans le domaine de la croissance verte et inclusive.

Contribuer à la production des publications phares de la Banque

3.1. Contribuer à la préparation des rapports phares ou des chapitres qui lui sont assignés, rédiger les sections qui lui sont confiés et les suivre (examens par les pairs) jusqu’ à la publication;

3.2. Assurer la diffusion des conclusions et recommandations des rapports.

Apporter une contribution technique et analytique aux travaux des complexes opérationnels :

4.1. Contribuer à l’élaboration de documents de stratégie pays

4.2. Diriger ou participer  à des travaux analytiques

4.3. Participer au processus d’examen par les pairs, des projets, programmes, documents d’orientation, y compris les documents soumis au Comité des opérations.

Contribuer à l’acquisition de connaissances dans le cadre de la série des « Working Papers Series » et de la « African Development Review » de la Banque :

o  Publier des articles et examiner les articles soumis pour publication dans « the African Development Review » et les « Working Paper Series ».

Participer aux travaux de recherche collaborative et aux activités de gestion du savoir menés conjointement avec des organisations régionales et internationales, des institutions de recherche et de renforcement des capacités en Afrique, et des centres de recherche pour le développement et des universités.

Examiner les documents opérationnels et participer aux réunions d’examen.

S’acquitter d’autres tâches qui peuvent lui être assignées par le superviseur ou la Direction.

Critères de sélection

Notamment compétences, connaissances et expérience souhaitables

1.  Être titulaire d’au moins un Master en économie, finance ou une discipline connexe pertinente; être titulaire d’un doctorat serait un atout.

2.  Justifier d’au moins cinq (5) années d’expérience professionnelle combinant recherche et opérations notamment dans le domaine de la conception et de l’évaluation d’opérations pertinentes pour les High 5, y compris les domaines suivants : infrastructures et notamment l’énergie, l’agriculture, le développement du secteur privé, les organisations industrielles et les secteurs sociaux, l’analyse de projets et/ou le suivi et l’évaluation.

3.  Être auteur de publications dans des revues internationales spécialisées, d’études, de chapitres de livres, de rapports, etc.

4.  Bonnes connaissances et expérience dans l’utilisation des méthodes statistiques et économétriques dans l’évaluation de projets, le financement et la recherche en économie du développement

5.  Aptitude avérée dans la recherche et l’analyse en matière de politique de développement des conditions économiques qui sont pertinentes pour les High 5 (domaines prioritaires de la Banque).

6.  Capacité à concevoir et à mener des projets/programmes de recherche.

7.  Capacité à comprendre et à identifier les résultats en matière de développement attendus des projets sectoriels réels.

8.  Avoir des compétences avérées en rédaction et préparation de documents et de notes d’orientation, de discours en vue de la prise de décision.

9.  Avoir la capacité de communiquer et de rédiger efficacement en français ou en anglais, avec une bonne connaissance pratique de l’autre langue

10.  Avoir des compétences dans l’utilisation des principaux logiciels d’économétrie et Microsoft Suites (Word, PowerPoint, Excel et Access).

Avoir de bonnes compétences en communication et une bonne aptitude à travailler en équipe  et sur plusieurs projets en parallèle

CE POSTE BÉNÉFICIE DU STATUT INTERNATIONAL ET OUVRE DROIT AUX CONDITIONS D’EMPLOI Y AFFÉRENTES.

Si vous rencontrez des difficultés techniques lors de l’enregistrement de votre candidature, veuillez envoyer un courriel avec une description précise du problème et/ou en envoyant une capture écran indiquant le problème à : HR Direct Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Titre du poste: Chargé principal de cofinancement
Grade: PL4
Poste N°: 50093715
Référence: ADB/18/019
Date de publication: 20/02/2018
Date de clôture: 04/03/2018
Pays: Côte d'Ivoire

Objectifs

Créée en 1964, la Banque Africaine de Développement est la première institution panafricaine de développement. Elle a pour mission de promouvoir la croissance économique et le progrès social sur l’ensemble du continent. La Banque compte 80 pays membres, dont 54 pays africains (les pays membres régionaux). Le programme de développement de la Banque vise à fournir l’appui financier et technique aux projets porteurs de transformation qui permettront de réduire sensiblement la pauvreté grâce à une croissance économique inclusive et durable. Pour mieux se concentrer sur les objectifs de la Stratégie décennale (2013‑2022) et réaliser un plus grand impact sur le développement, cinq grands domaines (les Cinq grandes priorités – les High 5) dans lesquels les interventions devront s’intensifier pour l’Afrique ont été définis, à savoir : l'énergie, l'agro-industrie, l'industrialisation, l'intégration et l'amélioration de la qualité de vie des populations africaines.

LE COMPLEXE :


La Vice-présidence chargée des finances (FIVP) supervise la gestion financière du Groupe de la Banque. Cette fonction englobe les activités de trésorerie du Groupe de la Banque, y compris les emprunts sur les marchés de capitaux et les activités de placement ; les fonctions de contrôle comprenant l’information financière et l’administration des prêts ; la mobilisation stratégique des ressources et le renforcement des ressources financières et des instruments non statutaires ; et la gestion globale de l’actif et du passif du Groupe de la Banque.

LE DÉPARTEMENT RECRUTEUR :

Le Département des syndications, de cofinancement et des services techniques financiers (FIST) a pour rôle de :

1.    fournir des services centralisés de syndication, de cofinancement et des services techniques financiers à l'ensemble du Groupe de la Banque, dans le cadre des activités de prêt aussi bien du secteur public que du secteur privé et à travers différents produits ;

2.    définir les objectifs de mobilisation des ressources et les principaux indicateurs de performance et coordonner leur réalisation à l’échelle de la Banque ; et

3.    servir de plateforme pour renforcer les capacités institutionnelles relatives à deux activités connexes, la fonction de gestion de bilan (atténuation des risques liés au portefeuille existant) et la fonction d’agent qui sont les activités de « back office » requises pour soutenir pleinement une fonction de syndication de service.

LE POSTE :

Relevant du Chef de la division des syndications et du cofinancement, le Chargé principal du cofinancement établit et entretient des relations étroites avec la communauté des bailleurs de fonds et de financement du développement en vue de faciliter et de maximiser le cofinancement des projets souverains et non souverains, en ayant recours aux accords et mécanismes de cofinancement aussi bien existants que nouveaux. Les accords existants comprennent actuellement le Fonds spécial du Nigeria, la Facilité de cofinancement accéléré pour l'Afrique (Japon), l’Africa Growing Together Fund (Chine), l'Agence française de développement (France), le Fonds de co-financement KOAFEC (Corée), PAGODA (Commission européenne), la Banque islamique de développement et d'autres mécanismes ad hoc fondés sur des accords de coopération générale.
Fonctions et responsabilités

Sous la supervision du chef de la Division cofinancement et syndication, le Chargé principal du cofinancement assure les fonctions suivantes :

1.  De manière créative et proactive, veillé à l'utilisation, la mise en œuvre et la gestion efficace des mécanismes de cofinancement existants et futurs et des accords de partenariat de la Banque ;

2.  Faciliter la communication et la circulation de l'information au sein de la Banque et avec les parties prenantes externes ;

3.  Travailler en coordination avec des homologues internes clés (Vice-président du développement régional, de l'intégration régionale et de la prestation de services; les chargés de programmes régionaux et les chargés de programmes pays; les départements sectoriels et les chargés de projets entre autres) pour identifier les opportunités de cofinancement dans la réserve de projets de la Banque à l'attention des coordonnateurs des facilités de cofinancement concernées.

4.  Gérer / coordonner, au besoin, un ou plusieurs mécanismes de cofinancement ou accords de partenariat.

5.  Acquérir et appliquer une connaissance approfondie des mécanismes de cofinancement et du cycle des projets de la Banque pour soutenir et assurer la réalisation globale et le respect des accords de cofinancement et de partenariat ainsi que des politiques et procédures applicables de la Banque.

6.  Suivre, acquérir, consolider, vérifier et analyser les informations pertinentes provenant de diverses sources, tant internes qu’externes, y compris des informations sur l'évaluation des projets et les résultats en matière de développement.

7.  Préparer des rapports réguliers / requis sur les activités de cofinancement, etc., apporter un soutien et une contribution à la préparation d'autres rapports internes et externes supplémentaires si nécessaire.

8.  Encourager la connaissance des mécanismes de cofinancement de la Banque et la sensibilisation à ces derniers ; préparer divers autres documents au besoin, par exemple pour la promotion et les relations publiques, la formation, l'explication des réalisations et des résultats de perfectionnement obtenus grâce au cofinancement, etc.

9.  Contribuer de manière constructive à la conception et à la mise en place de nouveaux mécanismes /facilités ;

10.  Contribuer de manière constructive à la formulation et à l'examen des politiques, des règles et des procédures pertinentes de la Banque.

Critères de sélection


Notamment compétences, connaissances et expérience souhaitables

1.  Être titulaire d’au moins un master (ou un diplôme équivalent) en économie du développement, en administration des affaires dans une autre discipline connexe.

2.  Justifier d’au moins (06) années d’expérience pertinente dans une institution financière de renom ou dans un organisme d’aide bilatérale.

3.  Être capable de communiquer efficacement (à l’écrit et à l’oral) en anglais ou en français, avec de préférence une connaissance pratique de l’autre langue.

4.  Avoir une connaissance d'autres langues utiles, par exemple, le japonais, le chinois, le coréen, l’arabe, et autres langues romanes.

5.  Il est essentiel de posséder de solides compétences en rédaction, en plus de compétences analytiques et quantitatives.

6.  Démontrer une compréhension des structures internationales d'aide au développement et une connaissance des enjeux actuels et des événements en cours sur la scène du développement.

7.  Avoir une connaissance des activités du cycle de projet de la Banque ou d'autres BMD / IFD et des règles, politiques, procédures et pratiques courantes applicables, y compris la passation de marchés et le décaissement du fonds.

8.  Avoir une expérience des règles et procédures administratives de la Banque ou d'une grande organisation publique / internationale comparable, notamment, le budget, les programmes de travail, le recrutement et la gestion de consultants, etc.

9.  Démontrer une capacité à utiliser pleinement les systèmes, les politiques et les procédures pour résoudre des problèmes et produire les résultats requis.

10.  Avoir une pensée stratégique, créative et logique avérée ; avoir le sens de l’initiative, des aptitudes en matière de résolution de problèmes ; démontrer du bon sens, avoir un raisonnement solide et un bon jugement.

11.  Être capable de planifier et d’organiser, d’obtenir les résultats escomptés dans les délais fixés.

12.  Faire preuve de professionnalisme - tact, ponctualité, bonne organisation, respect, éthique, fiabilité, confiance en soi, détermination.

13.  Être capable de travailler en équipe – collaboration, établissement de réseaux, gestion des relations.

14.  Maitriser l’utilisation des logiciels courants de la Suite Microsoft Office (Word, Excel, Access, PowerPoint, SharePoint).

Avoir une expérience de l’environnement de travail SAP.

CE POSTE BÉNÉFICIE DU STATUT INTERNATIONAL ET OUVRE DROIT AUX CONDITIONS D’EMPLOI Y AFFÉRENTES

Si vous rencontrez des difficultés techniques lors de l’enregistrement de votre candidature, veuillez envoyer un courriel avec une description précise du problème et/ou une capture d'écran indiquant le problème à : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Titre du poste: Chargé Supérieur du Bien-Être du Personnel

Grade: PL5

Poste N°: 50076458

Référence: ADB/17/547

Date de publication: 01/02/2018

Date de clôture: 14/02/2018

Pays: Côte d'Ivoire

Objectifs

LA BANQUE :

Créée en 1964, la Banque africaine de développement (BAD) est la première institution panafricaine de développement. Elle a pour mission de promouvoir la croissance économique et le progrès social dans l’ensemble du continent. La Banque compte 80 pays membres, dont 54 pays africains (les pays membres régionaux).  Le Programme de développement de la Banque vise à fournir l’appui financier et technique nécessaire aux projets porteurs de transformation qui permettront de réduire sensiblement la pauvreté grâce à une croissance économique inclusive et durable en Afrique. Pour davantage se concentrer sur les objectifs de la Stratégie décennale (2013-2022) et réaliser un plus grand impact sur le développement, cinq grands domaines (High 5), dans lesquels les interventions devront s’intensifier pour l’Afrique, ont été identifiés, à savoir : l’énergie, l’agro-industrie, l’industrialisation, l’intégration et l’amélioration de la qualité de vie des populations africaines. La Banque entend constituer une équipe de direction qui pilotera avec succès la mise en œuvre de cette vision.

LE COMPLEXE :

La vice-présidence des ressources humaines et des services institutionnels (CHVP) assure la fourniture de services institutionnels efficaces centrées sur les personnes et répondant aux besoins des clients afin de garantir une efficacité institutionnelle globale dans tous les aspects des services institutionnels de la Banque. Le complexe pilote les efforts visant à assurer la compétitivité de la Banque en tant qu’employeur de choix et est chargé d’assurer le leadership en matière de formulation et de mise en œuvre des stratégies de la Banque relatives aux personnes, aux technologies de l’information, aux services généraux et achats institutionnels, aux services linguistiques, à la continuité des activités, ainsi qu’à la santé et à la sécurité.

LE DÉPARTEMENT/LA DIVISION QUI RECRUTE

L’objectif global de l’unité CHMH est de faire de la Banque un employeur de choix en offrant aux membres du personnel l’environnement de travail le plus favorable et le plus sain possible. Sa mission est de mener la transformation des services médicaux et de santé au travail offerts par la Banque et de renforcer la promotion de la santé, les stratégies de prévention et les interventions globales dans le but de protéger, de préserver et de promouvoir la santé et le bien-être de tous les membres du personnel - à travers des modes de vie sains pour tous.

Plus précisément, l’unité cherche à assurer une bonne application des politiques, instructions et procédures de la Banque en matière de santé et de bien-être du personnel ; formuler des politiques de santé et de bien-être compatibles avec les meilleures pratiques en matière de soins de santé dans le milieu professionnel ; et assurer l’administration et la fourniture de soins médicaux de qualité au personnel de la Banque et à leurs personnes à charge ; favoriser un environnement de travail sain pour le personnel en respectant les pratiques optimales en matière de santé et de bien-être ; supervise et assure le suivi de la mise en œuvre des directives relatives à l’équilibre entre vie professionnelle et vie familiale.

LE POSTE :

Les membres du personnel sont l’atout le plus important de la Banque. Leur bien-être mental et physique détermine la productivité de l’organisation.

Le Chargé supérieur du bien-être du personnel intervient à la fois au niveau stratégique et opérationnel dans la gestion des différentes politiques relatives au personnel qui affectent le personnel au travail et à domicile, à travers notamment la résolution des problèmes de relations humaines et la promotion de la santé et du bien-être du personnel.

Il/elle travaillera en tandem avec l’équipe médicale pour suivre les activités liées au bien-être du personnel dans les plateformes régionales et les bureaux pays.

Fonctions et responsabilités

Sous la supervision générale du Chef de l’Unité des services médicaux et de la santé au travail, le Chargé supérieur du bien-être du personnel assume les principales fonctions suivantes :

Relations avec les membres du personnel

1.  Nouer et entretenir de bonnes relations entre les superviseurs et les membres du personnel ;

2.  Participer à la résolution de problèmes soulevés dans des plaintes spécifiques ou au suivi de procédures disciplinaires, notamment en assumant un rôle d’arbitre entre les membres du personnel et les superviseurs ;

3.  Veiller à ce que les plaintes et les procédures disciplinaires soient gérées dans le respect des règles de la Banque ;

4.  Assurer la liaison avec les mécanismes de recours tels que : le Bureau du Médiateur, le Comité d’appel des sanctions, le Bureau de l’intégrité du personnel et de l’éthique et le Conseil du personnel ;

5.  Renforcer les capacités des membres du personnel en matière de relations et faciliter l’efficacité de la direction par la mise en œuvre d’initiatives favorisant des relations proactives avec les membres du personnel et l’exécution de programmes de formations ciblés ;

6.  Mettre en œuvre des initiatives proactives en matière de relations avec les membres du personnel et participer aux activités organisées par le Conseil du personnel.

Services sociaux et bien-être :

7.  Mettre au point et fournir des services sociaux et de bien-être complets, y compris des conseils au personnel ;

8.  Faciliter l’installation des membres du personnel et de leurs personnes à charge reconnues dans le pays et fournir des services sociaux et familiaux qui favorisent et facilitent leur intégration sociale dans un nouvel environnement et une nouvelle culture ;

9.  Développer de nouvelles procédures administratives applicables en cas de décès ;

10.   Être la personne ressource agissant au nom de la Banque en cas de décès ;

11.   Traiter les factures de paiement relatives à toutes les dépenses funéraires pour le compte de la Banque ;

12.   Résoudre les conflits entre les membres du personnel de la Banque et les parties prenantes externes ;

13.  Préparer et organiser le banquet annuel du Président offert aux membres du  personnel et à leurs conjoints ;

14.   Préparer et organiser les cérémonies de remise des prix pour les membres du personnel justifiant de nombreuses années de service ;

15.  Préparer et organiser une réception en l’honneur des membres du personnel allant à la retraite ;

16.  Appuyer l’association des familles de la BAD dans l’organisation de ses activités saisonnières et culturelles à l’intention des membres du personnel et de leurs personnes à charge ;

17.   Soutenir le club artistique et culturel de la Banque dans l’organisation de ses activités ;

18.   Préparer et organiser l’élection du bureau de l’association des familles ;

19.   Préparer et organiser l’élection du conseil du personnel ;

20.   Superviser la gestion du centre de remise en forme de la Banque.

Mise en œuvre des directives relatives à l’équilibre entre vie professionnelle et vie familiale :

21.  Superviser et assurer le suivi de la mise en œuvre des directives relatives à l’équilibre entre vie professionnelle et vie familiale ;

22.   Être l’interface de l’unité avec le département des ressources humaines, la haute direction et le Conseil du personnel, pour faciliter la mise en œuvre d’horaires de travail souples et du télétravail ;

23.   Collaborer avec l’équipe médicale pour mettre en œuvre l’utilisation d’outils automatisés ; données sur les soins et gestion des congés maladie, ainsi que des directives sur la santé et le bien-être ;

24.   Gérer les congés de maternité et de paternité ;

25.   Œuvrer avec l’équipe médicale pour assurer l’utilisation optimale des installations telles que la « crèche » qui sera bientôt opérationnelle ;

26.   Travailler en tandem avec l’équipe médicale pour identifier et traiter les maladies liées au stress et au surmenage ; organisation de séminaires de prévention ;

27.  Assumer toute autre tâche que lui confiera le chef d’unité ;

Critères de sélection

Notamment compétences, connaissances et expérience souhaitables

1.  Être titulaire au moins d’un master ou d’un diplôme équivalent en gestion des ressources humaines, sciences sociales, administration des affaires ou toute autre discipline connexe ;

2.  Justifier d’un minimum de cinq (5) années d’expérience professionnelle pratique en gestion des questions de bien-être social dans des organisations similaires ;

3.  Être capable d’engager et de gérer des innovations et des changements ;

4.  Avoir une expérience en matière de motivation du personnel ;

5.  Être apte à interagir efficacement avec d’autres personnes et à coopérer avec d’autres collègues ;

6.  Être capable de motiver, prendre des initiatives et susciter l’enthousiasme et la confiance ;

7.  Une expérience professionnelle dans le secteur privé serait un atout ;

8.  Avoir des compétences en matière d’efficacité opérationnelle ;

9.  Avoir des compétences en communication ;

10.  Posséder des aptitudes en résolution de problèmes ;

11.  Avoir une bonne approche client ;

12.  Être apte à travailler en équipe et à nouer des relations ;

13.  Être capable de communiquer de manière efficace (à l’écrit et à l’oral) en anglais ou en français, et avoir de préférence une bonne connaissance pratique de l’autre langue.

14.  Maîtriser l’utilisation des applications standard de la Suite Microsoft Office. L’expérience de SAP ou d’un autre système intégré de planification des ressources d’entreprise (ERP) dans les RH / administration serait un atout.

CE POSTE BÉNÉFICIE DU STATUT INTERNATIONAL ET OUVRE DROIT AUX CONDITIONS D’EMPLOI Y AFFÉRENTES

Si vous rencontrez des difficultés techniques lors de l’enregistrement de votre candidature, veuillez envoyer un courriel avec une description précise du problème et/ou une capture d’écran indiquant le problème à : HR Direct Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Titre du poste: Charge des Activités Institutionnelles en Chef

Grade: PL3

Poste N°: 50071097

Référence: ADB/17/546

Date de publication: 01/02/2018

Date de clôture: 14/02/2018

Pays: Côte d'Ivoire

Objectifs

LA BANQUE :

Créée en 1964, la Banque africaine de développement (BAD) est la première institution panafricaine de développement. Elle a pour mission de promouvoir la croissance économique et le progrès social dans l’ensemble du continent. La Banque compte 80 pays membres, dont 54 pays africains (les pays membres régionaux). Le Programme de développement de la Banque vise à fournir l’appui financier et technique aux projets porteurs de transformation qui permettront de réduire sensiblement la pauvreté grâce à une croissance économique inclusive et durable en Afrique. Pour davantage se concentrer sur les objectifs de la Stratégie décennale (2013-2022) et réaliser un plus grand impact sur le développement, cinq grands domaines (High 5), dans lesquels les interventions devront s’intensifier pour l’Afrique, ont été identifiés, à savoir : l’énergie, l’agro-industrie, l’industrialisation, l’intégration et l’amélioration de la qualité de vie des populations africaines.

LE COMPLEXE :

La Vice-présidence principale (SNVP) est chargée d'appuyer le Président dans la gestion quotidienne du Groupe de la Banque pour atteindre son objectif stratégique et promouvoir une culture de la performance harmonisant tous les processus et les systèmes afin d'obtenir des résultats à fort impact. Le Vice-président principal (SVP) dirige également efficacement la haute direction. Le titulaire est chargé de coordonner de façon harmonieuse la mise en œuvre et le suivi des décisions clés de la Banque en plus de déterminer les faiblesses institutionnelles et de gestion et de proposer des mesures correctives qui s'imposent. Le SVP préside les réunions du Comité de coordination de la haute direction (SMCC) et du Comité des opérations (OpsCom) et dirige les discussions de la haute direction, les processus décisionnels et veille à la mise en œuvre des principales décisions du conseil et de la direction, y compris l'audit interne et les recommandations d'évaluations indépendantes. Le titulaire supervise et assure également la conformité de la Banque aux exigences de ses politiques et stratégies, y compris les garanties fiduciaires, environnementales et sociales, les fonctions de gestion des risques, etc.

LE DÉPARTEMENT RECRUTEUR :

Le rôle du Directeur de SNDI consiste à coordonner et à appuyer le SVP dans l’exercice de ses responsabilités liées :

i) à la coordination de la mise en œuvre des activités à l’échelle de la Banque;

ii) au suivi des performances et des résultats institutionnels;

iii) à la promotion de l’efficacité et de l’efficience organisationnelle/institutionnelle; et

iv) à la supervision des unités organisationnelles qui relèvent directement du SVP. Le directeur de SNDI assure par ailleurs le secrétariat du Comité de coordination de la haute direction (SMCC) et apporte son soutien au SVP lors des réunions et des comités des conseils.

LE POSTE :

Sous la supervision du Directeur de SNDI, le Chargé des activités institutionnelles en chef est responsable du fonctionnement quotidien de SMCC. En tant que secrétaire de SMCC, le titulaire est chargé d'organiser des réunions hebdomadaires et autres réunions spéciales de SMCC, de prendre des notes et de préparer les procès‑verbaux et les rapports instantanés après chaque réunion.

C'est au titulaire qu'il revient de préparer l'ordre du jour du SMCC, en collaboration avec les « front office » des différents complexes du Groupe de la Banque.

Il est également chargé de coordonner avec efficacité la gestion quotidienne des activités de SMCC, de surveiller et de faciliter la mise en œuvre efficace des décisions clés de SMCC, de surveiller et de faciliter la mise en œuvre efficace des recommandations d'audit interne, de veiller à ce que les complexes exécutent de façon uniforme les décisions du conseil et de la direction, de participer aux réunions de l'AUFI et de présenter des rapports au SVP, en plus de coordonner des réunions pertinentes de la haute direction.

Fonctions et responsabilités

Sous la supervision directe et la supervision du Directeur de SNDI et du Vice‑président principal, le Chargé des activités institutionnelles en chef assumera les fonctions suivantes :

1  Fournir des services de coordination et de secrétariat au SMCC sous la supervision du Directeur et du SVP; planifier à l'avance en gérant activement la réserve de projets de SMCC; proposer un ordre du jour hebdomadaire ou spécial de SMCC (en tenant compte des priorités de l'organisation); examiner les documents et soumettre des notes d'information au président; coordonner la logistique de la réunion; et préparer des rapports à l'issue des réunions (rapports flash PRST, procès-verbaux de réunions et tableaux des questions découlant des réunions).

2  Diriger et coordonner le suivi efficace de la mise en œuvre des décisions stratégiques prises par SMCC. Assurer la liaison avec le secrétariat du Comité des opérations (OpsCom) et avec le « front office » du Président, le cas échéant.

 

3  Agir à titre de coordonnateur de l'audit du bureau du SVP et des unités relevant de PCSC : coordonner les activités d'audit interne touchant directement ces unités et s'assurer que les plans d'action sont adaptés et cohérents.

4  Coordonner le suivi périodique de la mise en œuvre par la direction des recommandations de l'audit interne : recueillir des données auprès des complexes; consolider, examiner et valider ces données avant de les soumettre au département de l'audit interne (PAGL); et coordonner la réponse de la direction au rapport de suivi de PAGL à l’intention d’AUFI.

5  Travailler en collaboration avec les employés d’autres « front office » pour faire régulièrement le point des activités à travers les complexes, en portant à l’attention du SVP les questions qui méritent d’être relevées.

6  Servir de point focal au sous-comité du conseil de l'AUFI et à d'autres comités spécialisés, à la demande du SVP.

7  Servir de point focal pour l'implication du SVP auprès des unités organisationnelles suivantes : audit interne (PAGL), enquêtes (PIAC), complexe des finances (FIVP), intégrité (PETH), risques (PGRM), conformité (CRMU), évaluations (BDEV), sécurité (PECU) et le bureau du Président (PCSC).

8  Surveiller l'exécution des décisions prises au cours des réunions de l'AUFI ou d'autres réunions, à la demande du SVP.

9  Examiner les documents / correspondances et fournir des commentaires / conseils au besoin, à l'attention du SVP.

10    Fournir un soutien technique au SVP et au directeur de SNDI lors de réunions avec des parties internes et externes, rédiger des procès-verbaux et préparer des notes de synthèse pour faciliter le suivi et la mise en œuvre des décisions.

 

11      Représenter le bureau du SVP dans les initiatives et groupes de travail entre complexes (par exemple, le Comité de coordination des aspects liés au changement climatique).

Critères de sélection

Notamment compétences, connaissances et expérience souhaitables

1.  Avoir au moins un master (ou un diplôme équivalent) en administration des affaires, en administration, en gestion, en finances, en économie ou dans une discipline connexe.

2.  Justifier d’au moins sept (7) années d’expérience professionnelle pertinente en coordination, en suivi de la performance, en audit, en gestion du risque et en gestion du budget auprès d’organisations internationales.

3.  Avoir d'excellentes compétences techniques et analytiques en matière d'efficacité organisationnelle et de problèmes de suivi des performances.

4.  Avoir des compétences approfondies dans le domaine de la réflexion critique, y compris la capacité à identifier et à évaluer et à faire cohabiter des intérêts et des priorités.

5.  Avoir une aptitude avérée à travailler au-delà des cloisonnements institutionnels avec diverses équipes et des compétences et expertises variées.

6.  Faire preuve d'une grande discrétion, de tact et de sensibilité lors d’interactions avec des clients internes et externes et des parties prenantes à tous les niveaux.

7.  Montrer une aptitude à analyser de manière critique des informations provenant de différentes sources (parfois conflictuelles) afin de parvenir à un jugement éclairé sur des questions complexes et transversales à l'échelle de la Banque, à l'attention du SVP.

8.  Démontrer une connaissance profonde de la Banque, une capacité d'analyse conceptuelle et stratégique; et une bonne compréhension des questions institutionnelles et opérationnelles.

9.  Avoir la capacité de gérer le stress causé par des demandes, priorités et délais multiples, simultanés et changeants; gérer une lourde charge de travail.

10.    Avoir d'excellentes compétences en communication écrite et orale (de préférence dans les deux langues de travail de la Banque Français et Anglais), et être capable de gérer les discussions avec les hauts fonctionnaires avec tact et diplomatie.

11.    Être apte à utiliser les applications standard de la suite Microsoft Office (Word, Excel, Access et PowerPoint) ; la connaissance de SAP est un atout.

CE POSTE BÉNÉFICIE DU STATUT INTERNATIONAL ET OUVRE DROIT AUX CONDITIONS D’EMPLOI Y AFFÉRENTES

Si vous rencontrez des difficultés techniques lors de l’enregistrement de votre candidature, veuillez envoyer un courriel avec une description précise du problème et/ou une capture d’écran indiquant le problème à : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Les dirigeants africains s’engagent à vaincre la malnutrition et à faire de la nutrition un moteur de la croissance économique

Titre du poste: Directeur(trice), Intégration Régionale

Grade: EL5

Poste N°: 50092552

Référence: ADB/17/347

Date de publication: 03/08/2017

Date de clôture: 23/08/2017

Pays: Côte d'Ivoire

Objectifs

LA BANQUE :

Créée en 1964, la Banque africaine de développement est la première institution panafricaine de développement. Elle a pour mission de promouvoir la croissance économique et le progrès social dans l’ensemble du continent. La Banque compte 80 pays membres, dont 54 pays africains (les pays membres régionaux). Le programme de développement de la Banque vise à fournir l’appui financier et technique aux projets porteurs de transformation qui permettront de réduire sensiblement la pauvreté grâce à une croissance économique inclusive et durable en Afrique. Pour davantage se concentrer sur les objectifs de la Stratégie décennale (2013-2022) et réaliser un plus grand impact sur le développement, cinq grands domaines (les Top 5) dans lesquels les interventions devront s’intensifier pour l’Afrique ont été identifiés, à savoir : l’énergie, l’agro-industrie, l’industrialisation, l’intégration et l’amélioration de la qualité de vie des populations africaines. La Banque entend constituer une équipe de direction qui pilotera la mise en œuvre efficace de cette vision.

Le complexe :

La Banque s’est réorganisée et elle met en place le Complexe développement régional, intégration et prestation de services, qui a pour objectif principal de renforcer les capacités régionales et de rapprocher des régions la responsabilité des activités clients. Cinq plateformes de développement régional, d’intégration et de prestation de services ont été créées, chacune sous la responsabilité d’un directeur général : Afrique australe, Afrique du Nord, Afrique de l’Ouest, Afrique de l’Est et Afrique centrale.

Le département recruteur :

Le Département de l’intégration régionale assure l’orientation stratégique des programmes de travail relatifs à la priorité « Intégrer l’Afrique » au niveau régional tout en mettant l’accent sur la mise en œuvre au niveau national à travers les Documents de stratégie pays, afin de permettre aux pays membres régionaux de réaliser de meilleurs résultats. Le Département collabore étroitement avec les parties prenantes internes (la Banque) et les partenaires externes pour lever les contraintes stratégiques, juridiques, réglementaires et institutionnelles qui entravent l’intégration régionale, le commerce et l’investissement intra-africains.

Les résultats prévus sont, notamment, l’élimination des barrières tarifaires et non-tarifaires, afin de faciliter la circulation des personnes, des biens, des services et autres facteurs de production. L’approche de la fonction « Intégrer l’Afrique » favorise les programmes de travail analytiques et pratiques qui permettent de réduire les coûts et le temps (durée) des transactions commerciales, d’étendre l’accès au marché dans les pays membres régionaux, de consolider les marchés régionaux plus petits et fragmentés, de faciliter le développement des chaînes de valeur et de renforcer l’industrialisation, les flux d’investissement transfrontaliers et le développement des petites et moyennes entreprises africaines.

Les impératifs stratégiques clés tels que la facilitation du commerce, le commerce des services, l’investissement direct et l’investissement au niveau des portefeuilles et le partage des produits du savoir, demeurent importants pour lever les contraintes des infrastructures immatérielles, tout en atténuant simultanément les risques au niveau des investissements de la Banque dans l’infrastructure matérielle. Par le biais de partenariats stratégiques, le Groupe de la Banque assure le leadership dans les questions commerciales clés telles que la Zone continentale de libre-échange pour stimuler le commerce et l’investissement intra-africains dans le cadre de la vision et de l’agenda 2063 de l’Union africaine.

Le poste :

Le/la titulaire du poste de Directeur(trice) du développement régional et de l’intégration rend compte au Vice-président, développement régional, intégration et prestation de services. Le poste joue un rôle primordial dans la réalisation du programme de transformation de la Banque pour l’Afrique. Le/la Directeur(trice) est responsable de tous les aspects liés à la planification et à l’exécution des activités du département de l’intégration régionale. Il/elle est comptable de l’exécution des missions et de la gestion des compétences techniques et managériales (voir la liste ci-dessous) en sa qualité de directeur(trice) dans le Complexe. Être comptable signifie répondre de la gestion de la qualité, des risques, des résultats, des initiatives institutionnelles et de la conformité aux politiques et aux procédures de la Banque, et maintenir le département en première ligne de l’excellence opérationnelle grâce aux améliorations et aux innovations nécessaires.

Fonctions et responsabilités

Sous la direction et la supervision générales du Vice-président, développement régional, intégration et prestation de services, le/la Directeur(trice) du Département du développement régional et de l’intégration assure les fonctions et responsabilités suivantes :

1.    diriger la mise en œuvre et le suivi de la stratégie d’intégration régionale, en collaboration étroite avec les Directions générales et les Vice-présidences sectorielles dans le cadre de la vision globale visant à créer des marchés plus vastes et plus attractifs, à relier les pays enclavés aux marchés internationaux et à soutenir le commerce intra-africain ;

2.    diriger le dialogue sur les politiques et le travail de plaidoyer à l’échelle continentale sur la stratégie d’intégration régionale et définir un programme de travail de renforcement des connaissances pour appuyer cette stratégie ;

3.    superviser la préparation des documents d’intégration régionale/de stratégie pays au niveau de la Banque, assurer le suivi de leur mise en œuvre sous la supervision des directeurs généraux et appuyer les coordonnateurs de l’intégration régionale, le cas échéant ;

4.    œuvrer en collaboration étroite avec les directeurs généraux pour assurer un leadership de haut niveau à l’échelle de la Banque, afin de veiller à l’intégration de la priorité « Intégrer l’Afrique » au sein des autres priorités du Top 5 de la Banque, y compris dans les projets et programmes pertinents ;

5.    soutenir le processus de priorisation du Bureau régional, en collaboration étroite avec l’équipe de priorisation du Bureau régional  et les chargés de programmes régionaux ;

6.    initier, développer, entretenir et renforcer les partenariats stratégiques et les coalitions existant au sein et en dehors de la Banque, y compris avec le secteur privé, les organisations africaines (exemple, l’Union africaine, les Communautés économiques régionales, la Commission économique pour l’Afrique), les institutions internationales (telles que, l’Organisation mondiale du commerce et l’organisation mondiale des douanes) et les autres partenaires pertinents sur les questions d’intégration ;

7.    soutenir les coordonnateurs de l’intégration régionale à appuyer efficacement et clairement les Communautés économiques régionales et les pays membres régionaux, afin de mettre en œuvre ou de modifier les politiques, les lois et règlements d’intégration interrégionale spécifiques et de remédier aux faiblesses politiques, juridiques, réglementaires et institutionnelles, en vue d’atteindre de meilleurs résultats ;

8.    veiller à la prise en compte effective des aspects transversaux (genre, climat et fragilité) dans les activités d’intégration régionale du département ;

9.    diriger la planification stratégique des besoins de capital humain du département, y compris l’évaluation des résultats des activités menées, l’évaluation du potentiel du personnel ainsi que la détermination des besoins de formation et de perfectionnement ;

10.  gérer le département avec la délégation appropriée des activités quotidiennes ;

11.  gérer le dialogue et fournir des recommandations sur un large éventail de questions de politique et de mise en œuvre de l’intégration régionale ;

12.  contribuer activement aux questions transversales de la Banque/des autres Top 5 et collaborer activement avec les autres départements du Complexe et de la Banque, pour assurer une intégration efficiente des activités ainsi que leur complémentarité ;

13.  piloter l’exécution efficace de la programmation du travail et du budget du département ;

14.  assurer une gestion budgétaire efficace basée sur la productivité, l’efficience et, si possible, les économies de coûts ;

15.  veiller à la réalisation des principaux indicateurs de performance fixés pour le département ;

16.  diriger, gérer, développer et encadrer la performance de l’équipe d’intégration régionale, en s’assurant que l’équipe soit très performante, motivée, innovante et correctement formée ; que les prestations à fournir soient claires et prévues dans des délais ambitieux mais réalisables ; et que l’équipe demeure fortement déterminée à assurer le succès de la Banque africaine de développement ;

17.  superviser le personnel du bureau, assurer son perfectionnement et l’évaluation de sa performance ;

18.  préparer, superviser et gérer l’exécution du budget de l’unité de l’intégration régionale et soumettre des rapports périodiques conformément aux règlements de la Banque en matière de gestion budgétaire ;

19.  planifier et superviser les services administratifs, financiers et d’appui au personnel requis ; préparer les rapports budgétaires et financiers ; autoriser les dépenses, les mesures concernant le personnel, les acquisitions et autres mesures administratives, et assurer le suivi de la meilleure contribution possible du système des activités d’enregistrement du temps au système de comptabilité analytique de la Banque ;

20.  assurer le leadership et motiver l’équipe de l’intégration régionale à s’engager de manière efficace et productive et à atteindre les résultats attendus ;

21.  initier les mesures correctives nécessaires pour prendre en compte toutes les recommandations d’audit et prévenir toute répétition éventuelle ;

22.  assurer une collaboration et un dialogue de haut niveau avec le personnel diplomatique, les hauts fonctionnaires et les représentants des ministères et de la présidence pour défendre les intérêts de la Banque et promouvoir sa mission ; et

23.  fournir un appui opérationnel direct et indirect permettant de contribuer à la réalisation des résultats et de la mission d’intégration régionale dans chaque pays assigné.

 

Critères de sélection

Notamment compétences, connaissances et expérience souhaitables

1.    Être titulaire d’au moins un Master 2/DESS/DEA ou d’un diplôme équivalent en administration des affaires, en finances, en économie, en banque ou dans des domaines connexes.

2.    Justifier d'au moins dix (10) années d’expérience professionnelle pertinente, dont cinq (5) années à un poste de direction ou dans une fonction de leadership.

3.    L’expérience dans le secteur privé sera un avantage supplémentaire

4.    Avoir de solides compétences en relations interpersonnelles, avoir une capacité avérée à présenter et à faire accepter ses idées ; avoir de bonnes qualités d’écoute, faire preuve de sensibilité culturelle, d’un engagement à l’égard de la diversité et être capable d’initier et de gérer les innovations et le changement.

5.    Avoir un esprit stratégique et la capacité de piloter l’agenda de la Banque, tout en autonomisant le personnel pendant cette phase de réforme institutionnelle qui appelle une coordination plus étroite avec les pays membres régionaux et les Communautés économiques régionales dans la conception et l’exécution des activités de la Banque.

6.    Être capable d’établir des partenariats avec divers clients et d’obtenir des résultats qui répondent aux besoins et aux intérêts à long terme des clients au sein et à l’extérieur de l’institution.

7.    Avoir de solides aptitudes à analyser les actions du point de vue des parties prenantes et à traduire la pensée stratégique en plans d’action convaincants.

8.    Avoir une capacité avérée à prendre des risques commerciaux prudents et à prendre des décisions efficaces, opportunes et bien motivées.

9.    Être capable de travailler sous pression et de gérer de multiples priorités concurrentes dans l’obtention de solutions efficaces.

10.  Être déterminé à renforcer l’esprit d’équipe et des relations de travail efficaces entre les membres de l’équipe et en leur sein.

11.  Être capable de piloter l’acquisition et la documentation formelle de connaissances explicites et tacites pour assurer un accès rapide aux informations, aux connaissances et à l’apprentissage du personnel.

12.  Être capable de créer un environnement de partage et de communication du savoir au sein du département, du Complexe, des plateformes  régionales et à l’extérieur.

13.  Être capable de s’engager avec les parties internes et externes pour développer et communiquer le savoir et les méthodes.

14.  Être capable d’assurer un leadership éclairé pour encourager l’innovation et faire connaître le département en tant que centre d’excellence dans l’intégration régionale.

15.  Être capable de mettre en place et de diriger des équipes d’experts pluridisciplinaires, motivées et engagées dépassant les clivages liés aux fonctions et d’utiliser de manière efficace et productive les talents et l’expertise des membres de l’équipe.

16.  Avoir une capacité avérée à présenter des idées et à convaincre ses interlocuteurs.

17.  Être capable de développer un solide talent managérial et technique et de s’engager activement dans la planification du personnel stratégique et la planification de la relève, en assurant une délégation appropriée.

18.  Offrir des modèles d’intégrité et d’inclusion, ainsi que des opportunités d’encadrement et de promotion du personnel.

19.  Avoir une bonne connaissance et une solide expérience des questions socioéconomiques, de développement et d’environnement des affaires dans les pays africains.

20.  Avoir de solides capacités de leadership et d’encadrement, ainsi que des antécédents avérés de collaboration avec des équipes économiques et de création d’un environnement de travail orienté vers l’autonomisation et le développement personnel.

21.  Maîtriser l’évaluation de la fragilité et l’expérience y afférente.

22.  Être capable de veiller à l’utilisation totale des systèmes, des procédures et de la culture au sein de l’organisation pour atteindre les résultats requis.

23.  Être capable de rechercher et de produire des approches innovantes et créatives des activités pour renforcer la performance et créer des avantages supplémentaires pour la Banque et ses clients.

24.  Expertise professionnelle : développer constamment la compréhension de produits, pratiques et systèmes/technologies opérationnels pertinents et partager activement les connaissances et l’expertise avec les autres.

25.  Orientation-client : veiller à ce que le client (interne ou externe) soit considéré comme étant d’une importance primordiale dans toutes les transactions et interactions ; s’efforcer de comprendre et, le cas échéant, d’anticiper les besoins du client ; s’assurer que le client reçoive le meilleur service possible de la Banque.

26.  Être capable de travailler avec les autres pour maximiser l’efficacité de l’équipe dans son ensemble ; de partager activement les connaissances pertinentes, d’affecter de manière appropriée les responsabilités et les charges de travail, afin d’optimiser les résultats ; de développer de solides relations de travail avec les collègues et de contribuer à la création d’un environnement de travail propice à l’esprit d’équipe.

27.  Être capable de solliciter un appui pour le cofinancement d’un projet ou de générer de nouvelles activités pour la Banque.

28.  Avoir d’excellentes compétences en communication écrite et orale en anglais et/ou en français, avec une bonne connaissance pratique de l’autre langue.

29.  Maîtriser les logiciels standards (Word, Excel, Access et PowerPoint).


CE POSTE BÉNÉFICIE DU STATUT INTERNATIONAL ET OUVRE DROIT AUX CONDITIONS D'EMPLOI Y AFFÉRENTES.

Si vous rencontrez des difficultés techniques lors de l’enregistrement de votre candidature, veuillez envoyer un courriel avec une description précise du problème et/ou en envoyant une capture écran indiquant le problème à : HR Direct Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Titre du poste: Coordonnateur de Programme Pays

Grade: PL5

Poste N°: 50093571

Référence: ADB/17/370

Date de publication: 03/08/2017

Date de clôture: 23/08/2017

Pays: Côte d'Ivoire

Objectifs

La Banque :

Créée en 1964, la Banque africaine de développement est la première institution panafricaine de développement. Elle a pour mission de promouvoir la croissance économique et le progrès social dans l’ensemble du continent. La Banque compte 80 pays membres, dont 54 pays africains (les pays membres régionaux). Le programme de développement de la Banque vise à fournir l’appui financier et technique aux projets porteurs de transformation qui permettront de réduire sensiblement la pauvreté grâce à une croissance économique inclusive et durable en Afrique. Pour davantage se concentrer sur les objectifs de la Stratégie décennale (2013‑2022) et réaliser un plus grand impact sur le développement, cinq grands domaines (les Top 5) dans lesquels les interventions devront s’intensifier pour l’Afrique ont été identifiés, à savoir : l’énergie, l’agro-industrie, l’industrialisation, l’intégration et l’amélioration de la qualité de vie des populations africaines. La Banque entend constituer une équipe de direction qui pilotera la mise en œuvre efficace de cette vision.

 

Le complexe :

La Banque s’est réorganisée et elle met en place le Complexe développement régional, intégration et prestation de services, qui a pour objectif principal de renforcer les capacités régionales et de rapprocher des régions la responsabilité des activités clients. Cinq plateformes de développement régional, d’intégration et de prestation de services ont été créées, chacune sous la responsabilité d’un directeur général : Afrique australe, Afrique du Nord, Afrique de l’Ouest, Afrique de l’Est et Afrique centrale.

Le département recruteur :

Le Coordonnateur de programme pays couvre une ou plusieurs directions régionales et coordonne le travail en collaboration étroite avec les directeurs généraux, les directeurs généraux adjoints et les chargé(es) de programmes régionaux respectifs.

Le/la titulaire du poste assure le suivi de l’ensemble du processus de mise en œuvre du programme de travail dans la région qui lui est assignée, en ayant recours au tableau de bord régional et à tout autre système d’information de suivi qui fournit des statistiques détaillées. Le Coordonnateur de programme pays prépare les rapports mensuels de la Haute direction en coordination avec les chargé(e)s de programmes régionaux et les chargé(e)s de programmes pays. Il/elle assiste les directeurs généraux dans leurs interactions et présentation de rapports à la Haute direction. Le Coordonnateur de programme pays fournit également un soutien pour garantir l’assurance-qualité de l’ensemble de la documentation et de la correspondance connexe, tout en veillant au respect des politiques et procédures opérationnelles de la Banque, qui contribuent à l’exécution de la stratégie dans la région qui lui est assignée.

Le poste :

Le Coordonnateur de programme pays fait partie du Cabinet du directeur du Complexe développement régional, intégration et prestation de services. Il/elle joue un rôle majeur dans l’appui professionnel et le suivi du développement des activités et de la prestation de services, ainsi que de la performance du portefeuille pour l’obtention de résultats dans la/les région(s) qui lui est/sont assignée(s).

Fonctions et responsabilités

1.      Coordination de la gestion et de la programmation du portefeuille au sein de la région

1.      Assurer le suivi et conseiller le directeur général sur la gestion des indicateurs de performance clés relatifs à la performance du portefeuille, au programme pays, aux priorités de la Banque, ainsi qu’aux indicateurs de résultats et harmoniser les outils d’établissement de rapports de gestion au sein des différents départements.

2.      Assurer la liaison avec les chargé(e)s de programmes régionaux et les chargé(e)s de programmes pays ainsi qu’avec le personnel sectoriel dans les bureaux extérieurs, afin d’assurer une analyse et un suivi approfondis de l’évolution du portefeuille, notamment par des revues régulières des portefeuilles nationaux, multinationaux et régionaux en vue d’identifier les problèmes et de proposer des options pour leur résolution.

3.      Veiller à la préparation de rapports mensuels de la Haute direction sur la situation de la région (tableau de bord) et au suivi des questions nécessitant des mesures supplémentaires.

4.      Assurer le suivi des Revues annuelles de la performance du portefeuille/Mises à jour des plans d’amélioration du portefeuille.

5.      Soutenir la préparation des Revues régionales et nationales de la performance du portefeuille ; en collaboration avec les chargé(e)s de programmes régionaux, les chargé(e)s de programmes pays, les économistes régionaux et le personnel sectoriel.

6.      Assurer la liaison avec les chargé(e)s de programmes pays et le personnel sectoriel dans le cadre du suivi et de la mise en œuvre des recommandations des rapports d’audit interne de la Banque.

7.      Soutenir le travail des chargé(e)s de programmes pays et du personnel sectoriel dans le cadre des processus de revue régionale et nationale de la performance du portefeuille auprès du gouvernement et des autres partenaires de développement.

8.      Conseiller le directeur général sur les options stratégiques, le cas échéant, en vue d’améliorer la génération de revenus et/ou les économies de coûts. Travailler en étroite collaboration avec la direction régionale durant le processus annuel de planification et de budgétisation opérationnelle, afin de s’assurer que les programmes de travail sont bien élaborés et alignés sur les priorités de la Banque (par exemple, la génération de revenus, les priorités opérationnelles, etc.).

9.      Contribuer à l’élaboration des stratégies nationales et régionales et en assurer le suivi, en coordination avec les économistes régionaux, les chargé(e)s de programmes régionaux et les chargé(e)s de programmes pays.

 

2.      Gestion des relations entre la Plateforme régionale et le Siège

1.      Sous la direction du Vice-président, des conseillers du cabinet du directeur et du directeur général, établir de solides relations de travail entre les complexes aussi bien au Siège qu’au sein de la région assignée.

2.      Apporter son appui au directeur général pour gérer les communications et s’assurer que la Haute direction est informée des progrès et des défis de la mise en œuvre des Top 5 dans la/les région(s) respective(s).

3.      Apporter un soutien actif au directeur général et au directeur général adjoint pour gérer les relations avec le personnel du Siège et assurer le suivi des engagements.

 

3.      Gestion du savoir

1.      Collaborer activement avec les directeurs généraux et les directeurs généraux adjoints, les chargé(e)s de programmes régionaux et les chargé(e)s de programmes pays pour partager les études de cas, les enseignements et les meilleures pratiques en matière de gestion de portefeuille.

2.      Assurer la coordination avec le Complexe de l’Économiste en chef et les Complexes sectoriels pour veiller à l’intégration des connaissances et meilleures pratiques pertinentes dans les stratégies et les opérations.

3.      Donner son avis au directeur général et au directeur général adjoint sur les politiques et les procédures opérationnelles de la Banque, dans le but d’améliorer constamment la mise en œuvre des politiques de la Banque.

4.      Intégrer les enseignements tirés d’autres régions pour l’élaboration et la mise en œuvre des projets.

 

4.      Visibilité de la BAD

1.      Soutenir les efforts du directeur général pour accroître la visibilité de la région au siège.

 

5.      Gestion de la qualité

1.      Mettre l’accent sur la garantie de la qualité totale et la performance de la réserve régionale de projets et du portefeuille.

2.      Veiller à ce que tous les rapports et présentations soient soumis en temps opportun et soient de qualité.

 

Promotion de la mission et du but du Complexe/de la Région – fournir un appui opérationnel direct et indirect qui contribue au produit et à la mission du pays dans le territoire concerné.

 

Critères de sélection

Notamment compétences, connaissances et expérience souhaitables

1.      Être titulaire d’au moins un Master 2/DESS/DEA ou d’un diplôme équivalent en économie, en sciences sociales, en ingénierie, en agriculture/foresterie, en administration des affaires ou en administration publique.

2.      Avoir en plus du master, de solides connaissances des problématiques de développement socioéconomique et des politiques des pays africains.

3.      Justifier d'au moins cinq (5) années d’expérience professionnelle pertinente en matière de formulation et de mise en œuvre de politiques, de programmes et de projets, acquise soit au sein de la Banque, soit auprès d’une institution de développement similaire, soit dans la fonction publique.

4.      Avoir une expérience avérée en matière de préparation et/ou de revue des stratégies/opérations dans une institution financière multilatérale.

5.      Expérience du travail en équipe dans un environnement multiculturel, pluridisciplinaire, international et professionnel.

6.      L’expérience dans le secteur privé sera un avantage supplémentaire.

7.      Orientation-client : veiller à ce que le client (interne ou externe) soit considéré comme étant d’une importance primordiale dans toutes les transactions et interactions ; s’efforcer de comprendre et, le cas échéant, d’anticiper les besoins du client ; s’assurer que le client reçoive le meilleur service possible de la Banque.

8.      Savoir communiquer : être capable d’assurer une communication claire et concise à l’oral et à l’écrit, de présenter des informations orales avec clarté et dans un style approprié, et d’adapter le langage et le style pour répondre au besoin du public. Être capable de communiquer et de défendre à l’oral et à l’écrit des questions et des positions difficiles (dans un environnement hostile, si nécessaire) auprès de la Haute direction de la Banque et de hauts fonctionnaires.

9.      Etre capable d’expertise professionnelle : développer constamment la compréhension des produits opérationnels, des pratiques et des systèmes/technologies pertinents. Partager les connaissances et l’expertise avec les autres membres du personnel.

10.  Etre capable de Prise de décisions : avoir un bon jugement du moment propice à une intervention, en sachant quand prendre conseil auprès de qui et comment mettre en pratique ces conseils, et en sachant clairement ce qui doit se produire, comment, quand et par qui, et comment assurer la coordination, en cas de besoin.

11.  Avoir un niveau élevé d’organisation et de structuration : structurer toutes les activités pour pouvoir fournir des points d’information ou des rapports dans un court délai. Être capable d’assurer la coordination (tâches, missions, projets, programmes) : exécuter de manière systématique des tâches très complexes/sensibles.

12.  Avoir le sens des affaires;

13.  Avoir une compréhension exhaustive des structures des programmes de travail/projets, y compris la planification des projets, la stratégie de gestion des risques, la stratégie de gestion de la communication, les enseignements tirés et leur transfert, ainsi que d’autres facteurs de succès, stratégies, politiques, procédures et meilleures pratiques essentiels d’autres institutions similaires.

14.  Avoir des capacités de réflexion stratégique très développées alliées à la capacité de traduire les concepts et orientations stratégiques en mise en œuvre de projets et programmes réalisables et durables.

15.  Être capable d’utiliser les systèmes et procédures de la Banque en vue de l’efficacité opérationnelle et de la réalisation des impératifs stratégiques de la Banque dans les secteurs assignés.

16.  Avoir un haut niveau d’expertise dans la gestion de la performance de portefeuille.

17.  Avoir un haut niveau d’expertise en matière de dialogue pour trouver des solutions en vue de lever les contraintes à la mise en œuvre effective des projets.

18.  Avoir une capacité avérée à prendre des risques d’intervention prudents contribuant à l’obtention d’un résultat approprié.

19.  Mener des interventions efficaces, opportunes et bien élaborées en vue d’obtenir des résultats.

20.  Être capable de communiquer de manière efficace (à l’écrit et à l’oral) en anglais ou en français, avec une bonne connaissance pratique de l’autre langue.

21.  Savoir utiliser les applications standards MS Office (Word, Excel, Access et PowerPoint).

 

Informations sur le poste :

Ce poste bénéficie du statut international et ouvre droit aux conditions d’emploi y afférentes

Si vous rencontrez des difficultés techniques lors de l’enregistrement de votre candidature, veuillez envoyer un courriel avec une description précise du problème et/ou en envoyant une capture écran indiquant le problème à : HR Direct Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

 

Le ministre camerounais du Commerce, Luc Magloire Atangana Mbarga, a indiqué que le Cameroun va à la conquête de nouveaux marchés voire de débouchés dans cette communauté linguistique.

La question qui est posée est de savoir comment attirer plus d'investisseurs alors que les périmètres géographiques et économiques sont faibles.

Cette loi de finances expliquée et présentée au patronat le 5 janvier à l'initiative de la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire, limite jusqu'au 31 décembre 2019 la taxe spéciale d’équipement à tel enseigne que les opérateurs économiques vont s'ajuster pour mener en toute tranquillité et sérénité leurs activités.

Page 1 sur 3

Innov’ Acteurs

Interview de la semaine

MATIÈRES PREMIÈRES

CACAO
938 FCFA / Kg
CAFÉ
1413  FCFA / Kg
CAOUTCHOUC
144,4 USCT /kg
SUCRE
294,99 $ /tonne
22/02/2018 source Projet SIF/Fode

ECHOS DE LA BOURSE

IFC
4.25% %
SOCAPALM
21 700 FCFA
SAFACAM 28 900 FCFA
SEMC
61 998 FCFA
22/02/2018 source DSX

COURS DES DÉVISES

GBP 

766,125 FCFA
CHF 

610,817 FCFA
USD

622,291 FCFA
JPY 

5,315 FCFA
04/01/2017 source Afriland First Bank

Convertisseur de devises

Convertir 

en