Mercredi, 08 Juin 2016 21:20

Afrique-FMI : regards opposés sur les perspectives économiques

Afrique: accorder une place de choix à l'agriculture Afrique: accorder une place de choix à l'agriculture

Le Fonds monétaire international et l’Afrique subsaharienne ne s’accordent pas sur l’essentiel lors de la présentation des « Perspectives économiques régionales pour l’Afrique subsaharienne » le 7 juin à Yaoundé.

Avec le rapport sur les « Perspectives économiques régionales pour l’Afrique subsaharienne » présenté depuis le 7 juin à Yaoundé, le Fonds monétaire international (FMI) confirme le « changement de cap». Cette option davantage « s’impose » depuis que la croissance est en repli dans la région.

Selon le FMI, les économies de l’Afrique subsaharienne subissent cette secousse du fait de la baisse des cours des matières premières. En première ligne le baril de pétrole brut avec une baisse à 67% du prix initial.

Le pétrole se vend à 50 dollars en 2016 contre 110 dollars en 2014. Ce qui explique « la décélération dans les pays exportateurs de pétrole», à en croire le représentant-résident du FMI au Cameroun, Kadima Kalonji.

Le rapport 2016 du FMI vient à point. Surtout a la fin de «la période de baisse drastique des cours des matières premières », indique le directeur général de la société camerounaise de raffinage, Ibrahim Talba Malla.

Les agrégats présentés dans ce rapport indiquent que « le Cameroun continue à présenter une résilience certaine face à la baisse des cours du pétrole et des matières premières », précise Ibrahim Talba Malla.

Le Cameroun tient le cap du fait de sa politique de diversification de son économie. Le FMI parle de résilience « avec moins de 20% des revenus tirés du secteur du pétrole ».

Pour autant, il exhorte les pays de l’Afrique subsaharienne à mener des politiques de diversification et de contrôle de l’inflation et de l’endettement. Le Cameroun opte davantage pour les emprunts du fait qu’il tient à investir «dans les infrastructures qui permettront le développement futur », indique le ministre camerounais de Finances, Alamine Ousmane Mey.

Et avec des initiatives gouvernementales pour améliorer le climat des affaires au point de promouvoir le secteur privé, le Cameroun a la certitude « de poursuivre son cheminement vers l’émergence à l’horizon 2035 » et de maintenir la résilience se convainc le ministre Alamine Ousmane Mey.

Le FMI suggère aux pays de la sous région de réajuster leurs budgets. Le Cameroun acquiesce et dit avoir une longue d’avance sur ses voisins. Il réduit depuis belle lurette  les dépenses sur le matériel roulant, le carburant et les missions.

Ce n’est pas suffisant semble dire le FMI qui s’emploie à convaincre les pays Africains de « travailler à l’intégration régionale en éliminant les barrières tarifaires ». D’ici-là, « malgré la chute des cours des matières premières, l’Afrique est debout parce que la croissance est encore perceptible », précise le directeur général de la Société générale Cameroun, Alexandre Beziaud.

Par Charles Nwanochi

Lu 247 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Innov’ Acteurs

Interview de la semaine

MATIÈRES PREMIÈRES

CACAO
1266  FCFA / Kg
CAFÉ
1974  FCFA / Kg
CAOUTCHOUC
224, 5 USCT /kg
SUCRE
448, 88 $ /tonne
17/02/2017 source Projet SIF/Fode

ECHOS DE LA BOURSE

IFC
4.25% %
SOCAPALM
20 500 FCFA
SAFACAM 33 800 FCFA
SEMC
64 999 FCFA
17/02/2017 source DSX

COURS DES DÉVISES

GBP 

766,125 FCFA
CHF 

610,817 FCFA
USD

622,291 FCFA
JPY 

5,315 FCFA
04/01/2017 source Afriland First Bank

Convertisseur de devises

Convertir 

en