Afficher les éléments par tag : cameroun

Appel à manifestation d’intérêt Evaluation de la mise en œuvre de l’APV au Cameroun

Date limite de candidature : 16/11/2018

1) Contexte

En décembre 2011, l'Accord de partenariat volontaire (APV) entre le Cameroun et l'Union européenne (UE) relatif à l'application des réglementations forestières, la gouvernance et les échanges commerciaux (FLEGT) est entré en vigueur. Depuis cette date, des progrès ont été réalisés dans la mise en œuvre de l'Accord, notamment la mise en place d’un dialogue multipartite, des réformes juridiques relatives à l'exploitation du système de vérification de la légalité (SVL) et la mise à disposition publique d'informations afin d'encourager la transparence dans le secteur forestier. Cependant, l'absence de progrès relatif au développement du système d'information "SIGIF2" a entraîné un ralentissement de la dynamique multipartite et de la mise en œuvre de l'APV en général. Lors de la réunion du Comité conjoint de suivi du 17 mai 2018, l’UE et le Cameroun se sont accordés pour lancer une revue conjointe de l’Accord et de sa mise en œuvre. L’UE et le Cameroun ont souhaité que le Programme FAO UE FLEGT finance et supervise cette revue conjointe. 

Le Programme FAO UE FLEGT lance un appel à manifestation d’intérêt pour le recrutement de 2 consultants qui seront chargés de réaliser une évaluation de la mise en œuvre de l’APV au Cameroun. 

2) Objectif de la revue conjointe de la mise en œuvre de l’APV au Cameroun
L’évaluation de la mise en œuvre de l’APV au Cameroun a pour objectif de : - Décrire le contexte et dresser un état des lieux des tendances de fond, des défis actuels et nouveaux de la forêt au Cameroun ; - Identifier les points de blocage liés à la mise en œuvre de l’APV et les mesures nécessaires pour y remédier ; - Établir une feuille de route avec des étapes concrètes, atteignables, mesurables ; - Relancer une dynamique impliquant l'ensemble des parties prenantes, et permettre à ces parties prenantes de s'investir dans des activités porteuses de résultats concrets.


3) Missions et responsabilités des consultants

Sous la supervision du Programme FAO UE FLEGT, les consultants seront chargés des tâches suivantes :

1. S’agissant de l’évaluation, ils devront établir un bilan partagé des avancées de l'APV à partir d'un état des lieux de la situation du secteur forêt avec les tendances de fond et les nouveaux défis (c’est-à-dire ceux qui n'existaient pas il y a 10 ans lorsque l'APV a été négocié).  

2. S’agissant de l’élaboration de la feuille de route, les consultants devront organiser un atelier d’échanges entre les parties prenantes camerounaise et européennes avec pour objectif d’élaborer une feuille de route, un plan annuel sur la base des outils de la théorie du changement ainsi qu’un plan stratégique de communication. 

4) Durée de la mission et démarrage

Il s’agira d’une mission de 60 jours avec déplacement au Cameroun. Elle aura lieu à partir de début janvier 2019.

5) Critères d’éligibilité


Les candidats seront évalués selon les critères suivants :

Exigences minimales : - Un diplôme de Master dans l’un de ces domaines : forêt, économie, droit, relations internationales  - Au moins 5 ans dans le secteur forestier en Afrique centrale - Ne pas être directement partie prenante à la mise en œuvre du processus APV-FLEGT au Cameroun (neutralité et indépendance) - Parfaitement maîtriser le français (oral et écrit), et être capable de travailler en anglais

Compétences techniques : - Bien connaître le processus APV FLEGT au Cameroun et/ou les processus APV d'autres pays (idéalement dans les pays du Bassin du Congo) - Connaître la dynamique dans le secteur forestier camerounais

- Etre capable d'analyser un contexte national - Avoir une expérience solide dans l'évaluation, la facilitation des processus participatifs, et de grandes aptitudes à communiquer, à conduire des réunions et à animer des séminaires de formation. - Maîtriser les outils d'analyse, et notamment l'arbre à problèmes, le cadre logique, la théorie du changement

Compétences générales : - Etre capable de synthétiser l'opinion des parties prenantes de manière à identifier les points d'accord et de désaccord - Avoir d'excellentes capacités d’analyse, de communication (orale et écrite), et de présentation - Avoir une capacité prouvée de rédiger des rapports de synthèse, y compris pouvoir présenter les résultats de l'évaluation de manière claire

Les candidatures sont à adressées au Gestionnaire du Programme FAO UE FLEGT à l’adresse suivante : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. .

Elles devront comporter un CV ainsi qu’une lettre de motivation détaillant l’approche et la méthodologie qui seraient appliquées (maximum 5 pages). Merci également de préciser vos disponibilités. 

Il est possible de proposer une candidature en équipe (2 personnes). Les candidatures uniques ne seront pas pénalisées.

Seuls les candidats retenus seront contactés pour un entretien.

Date limite de candidature : 16/11/2018

Le Directeur du CRADEC, Centre Régional Africain pour le Développement Endogène et Communautaire ; et Président de la section camerounaise du Réseau pour la Justice Fiscale Afrique (RJFA) se prononce sur l’augmentation quasi imminente de la pression fiscale au Cameroun. De même qu’il envisage des actions de sensibilisation et d’éducation au civisme fiscal.

Actis annonce pour la « mi-2018 » le lancement officiel des travaux de construction avec à la clé un investissement de 150,571 millions de dollars.

Au ministère en charge de l’Economie sociale, un texte de loi sur l’Economie sociale et solidaire (ESS) est élaboré depuis 2010, mais toujours pas voté à l’Assemblée Nationale. N’empêche, sur le terrain des initiatives sont prises pour booster le développement du Cameroun à partir de la petite économie.

Le gouvernement pour réduire les limites de son programme surtout avec l’Accord de partenariat  économique (APE) qui entre en vigueur, table sur des mesures fiscales et douanières.

Agnès Ndoumbe Mandeng, directeur général de la Banque camerounaise des PME.

Le Forum iPAD Cameroun Energie et Infrastructure la lieu du 10 au 11 novembre. Ce Forum attend la venue de 170 hauts représentants du gouvernement, secteurs publics, développeurs, investisseurs et institutions financières.

L'Accord de partenariat économique, APE, d’étape Cameroun-Union européenne, UE, est effectif depuis le 4 août dernier. Quatre jours après, la réduction de 25% des droits de douane appliquée aux marchandises du premier groupe en provenance de l’UE a déjà bénéficié à huit importateurs. Selon les informations obtenues auprès de la direction générale des Douanes hier, le système mis en place, à cet effet, a déjà permis de valider huit déclarations portant sur les marchandises éligibles au régime préférentiel de cet accord. L’administration douanière qui est en première ligne des implications liées à l’entrée en vigueur de cet accord s’est organisée en conséquence. Système informatique, groupe de travail, session de formation des acteurs de la place portuaire, etc. Fongod Edwin Nuvaga, directeur général des Douanes, parle des changements intervenus depuis le 4 août.

RECRUTEMENT D’UN CONSULTANT INDIVIDUEL, AUDITEUR INTERNE MINISTERE DES TRAVAUX PUBLICS
1. Le Gouvernement de la République du Cameroun a reçu un financement de l’Association Internationale de Développement (IDA), et a l’intention d’utiliser une partie du montant de ce crédit pour effectuer les paiements au titre du contrat suivant : «Recrutement d’un Consultant Individuel, Auditeur Interne à la Cellule BAD-BM du Ministère des Travaux Publics ».

2. Les Services de consultants comprennent :
. Le suivi des procédures de gestion en vigueur du projet,
. L’Amélioration de la qualité de l’information et faire toute suggestion relative au respect des manuels de procédures et d’exécution du projet ;
. La mise en place des outils de travail de l’audit interne ;
. La bonne application des procédures de gestion des projets et de passation des marchés ;
. L’Utilisation efficiente des ressources du projet ;
. La fiabilisation des données comptables et financières ;
. La Sécurisation du patrimoine du projet ;
. L’Appui à la coordination du projet.

NB : Le Consultant sera retenu pour une durée de deux (02) ans renouvelables avec une période d’essai de six (06) mois.

3. Le Ministre des Travaux Publics, invite les Consultants Individuels à manifester leur intérêt en vue de fournir les services décrits ci-dessus. Les Consultants Individuels intéressés doivent fournir les informations démontrant qu’ils possèdent les qualifications requises et une expérience pertinente pour l’exécution des Services. Les consultants individuels doivent :
. Etre titulaire, au minimum, d’un diplôme supérieur en comptabilité, finance, audit ou gestion ; niveau Bac + 5 (Maîtrise, Master, ou diplôme équivalent) au moins, la détention de la qualification Certified Internal Auditor (CIA) serait un atout;
. justifier d’une expérience professionnelle de 05 années minimum en cabinet d’audit externe reconnu ou à un poste similaire dans une organisation internationale, une société privée ou dans un projet financé par des partenaires technique et/ou des bailleurs de fonds internationaux. Une expérience avec la Banque Mondiale serait un atout;
. Avoir une bonne maîtrise des logiciels/progiciels de gestion budgétaire, comptable et financière (Tompro, Sim Ba etc.) et des applications logicielles courantes : Excel, Word, Power Point, Access, etc.;
. Etre disponible immédiatement une fois la procédure de recrutement terminée ;
. Avoir une bonne connaissance des procédures de passation des marchés et des procédures de gestion financière des projets de développement en général. Une expérience des procédures de la Banque Mondiale serait un atout,
. Capacité d’adaptation au travail en équipe, sous haute pression et une bonne aptitude à communiquer
. Avoir une bonne capacité de persuasion et de diplomatie.
Le dossier de candidature devra être composé de :
- Une lettre manuscrite adressée au Ministre des Travaux Publics ;
- Une note méthodologie précisant la compréhension que le candidat a de la mission ainsi que sa feuille de route au cas où il serait retenu ;
- Un curriculum vitae (CV) détaillé mettant en évidence les références et expériences similaires au poste. Les candidats devront donner les contacts de trois (03) personnes références ayant une bonne connaissance de leurs aptitudes personnelles et professionnelles ;
- Les attestations pour les déclarations ou expériences figurant dans le CV et
- Les copies certifiées conformes des originaux des diplômes.

4. Il est porté à l’attention des Consultants que les dispositions du paragraphe 1.9 des
« Directives : Sélection et Emploi de Consultants par les Emprunteurs de la Banque Mondiale dans le cadre des Prêts de la BIRD et des Crédits et Dons de l’AID, édition de janvier 2011, révisées en juillet 2014 »,
« Directives de Consultants », relatives aux règles de la Banque Mondiale en matière de conflit d’intérêts sont applicables.

Un Consultant Individuel, Auditeur Interne, sera sélectionné selon la méthode de comparaison des Curriculums Vitae (CV), telle que décrite dans les Directives de Consultants.
5. Les consultants intéressés peuvent obtenir des informations complémentaires à l’adresse ci-dessous et aux heures suivantes : 10h00 à 16h00 heures locales.
6. Les manifestations d’intérêt écrites doivent être déposées à l’adresse ci-dessous en personne, par courrier, par facsimile (en cinq exemplaires dont un original et quatre copies) ou par courrier électronique au plus tard le 09/08/2016 à 10 heures, heure locale. Elles doivent être transmises avec la mention : « Manifestation d’intérêt/Services de Consultants pour le recrutement d’un Consultant Individuel, Auditeur Interne à la Cellule BAD-BM du Ministère des Travaux Publics (MINTP) »

À l’attention de Monsieur le Ministre des Travaux Publics Agence d’exécution de Projet : Cellule de Suivi de l’Exécution des Projets Routiers BADBanque Mondiale ;
Direction Générale des Travaux D’Infrastructures, Sise à la Délégation Régionale des Travaux
Publics du Centre, à Yaoundé.
Téléphone / Fax : (237) 222-22-22-94 ;
E-mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Le Ministre des Travaux Publics SOLLICITATION DE MANIFESTATION D’INTERET N° 094 /SMI/MINTP/DGTI/CELLULE BAD-BM/SPM/2016 DU 08/07 /2016
OI-44665/EM

Cette loi qui s'applique à toutes opérations du commerce extérieur effectuées au Cameroun tient entre autres à réguler les importations et des exportations, stimuler la production nationale de biens et à la compétitivité et la croissance.


 

Une loi sur le commerce extérieur au Cameroun. Elle porte sur les importations et les exportations des marchandises. Cette loi promulguée le 18 avril régit aussi la commercialisation des produits d'importation qui sont subventionnés.

Le législateur camerounais agit ainsi du fait que “les quantités accrues” des importations “causent ou menacent de causer un dommage grave à la branche de production nationale concernée”. Son regard porte aussi sur la pratique du dumping.

Cette loi qui s'applique à toutes opérations du commerce extérieur effectuées au Cameroun tient à:

  • Réguler les importations et des exportations
  • Stimuler la production nationale de biens
  • La compétitivité et la croissance
  • La création d'emplois
  • La satisfaction des besoins du consommateur

Au Cameroun, l'exercice du commerce extérieur est libre. Le gouvernement prévoit une exception à la règle. Certains “produits assujettis aux restrictions ou interdictions prévues par la loi” ne peuvent être importés et exportés.

Certes, le pays respecte le principe de la facilitation des échanges, “tous les produits touchant à la moralité, à la sécurité et à l'ordre publics, à l'hygiène et à la santé, à la protection de l'environnement, de la faune et de la flore et au patrimoine culturel” sont exclus du régime de la liberté de commerce extérieur.

Le ministre chargé du commerce extérieur, après visa technique, le cas échéant, de l'administration concernée peut accorder des autorisations a tout opérateur économique pour importer ou exporter les produits exclus du régime de la liberté.

La loi du 18 avril 2016 interdit que tout opérateur économique importe et exporte voire facilite le transit des armes chimiques ou “tout matériel de fabrication d'armes chimiques”.

Certes, la présente loi prescrit des obligations, “les importateurs et les exportateurs doivent se conformer au Code des Douanes et à la réglementation sur le contrôle des changes en vigueur”.

Par Charles Nwanochi

Page 1 sur 16

Innov’ Acteurs

Interview de la semaine

MATIÈRES PREMIÈRES

CACAO
938 FCFA / Kg
CAFÉ
1413  FCFA / Kg
CAOUTCHOUC

131,7 USCT /kg

SUCRE
251,56 $ /tonne
27/07/2018 source Projet SIF/Fode

ECHOS DE LA BOURSE

IFC
4.25% %
SOCAPALM
22 501 FCFA
SAFACAM

28 800 FCFA

SEMC

59 999 FCFA

27/07/2018 source DSX

COURS DES DÉVISES

GBP 

766,125 FCFA
CHF 

610,817 FCFA
USD

622,291 FCFA
JPY 

5,315 FCFA
04/01/2017 source Afriland First Bank

Convertisseur de devises

Convertir 

en