Dimanche, 15 Mai 2016 17:27

Afrique : toujours plus d’hydrocarbures

Selon le GRIP, le défi majeur  reste de transformer la manne financière issue du pétrole en une opportunité de développement bénéfique aux populations au point d’éviter la malédiction du pétrole.


La découverte d’un gisement de gaz naturel au Sénégal sert d’opportunité à ce pays pour consolider sa « capacité d’être indépendant d’un point de vue énergétique », indique  le ministre sénégalais de l’énergie, Thierno Alassane Sall.

Cette annonce de la société américaine Kosmos Energy, détentrice depuis 2014 de droits d’exploration d’hydrocarbures au Sénégal  confirme aussi la possibilité du pays à « vendre (du gaz) au reste du monde ».

Les réserves de ce gisement offshore au large de Saint-Louis sont estimées à 450 milliards de mètres cubes. Le Sénégal garde l’espoir de produire son premier baril d’or noir « en 2019-2020 » suite à la découverte en octobre 2014 d’un gisement de pétrole « au large des côtes de Sangomar », sur le littoral sud-ouest du Sénégal.

Le groupe pétrolier italien ENI annonce le 30 août 2015 la découverte d’un gisement gazier au large des côtes de l’Egypte. Selon cette compagnie, c’est « le plus important jamais trouvé en Méditerranée ». Ce gisement à en croire ENI renfermerait 850 milliards de mètres cubes. L’exploitation de ce gaz,  l’équivalent de 5,5 milliards de barils de pétrole, va mieux positionner l’Égypte au rang des producteurs de gaz du continent.

La Mauritanie, producteur de pétrole depuis 2006, conserve de bonnes perspectives depuis le repérage de gisements estimés à un milliard de barils de pétrole. Le pays maintient ces perspectives avec la découverte en 2015 du gaz de Banda, à 50 km au large de Nouakchott.

La Société nationale des hydrocarbures, SNH, annonce en juillet 2015 dans un communiqué la découverte d’un nouveau gisement de pétrole au nord du Cameroun. Une équipe chinoise selon la SNH « a rencontré une série de réservoirs sableux imprégnés d’hydrocarbures liquides sur une hauteur d’environ 18 mètres ».

Selon le GRIP, «le défi majeur sera de transformer la manne financière issue du pétrole en une opportunité de développement bénéfique aux populations, pour éviter que la malédiction du pétrole».

Par Charles Nwanochi

 

Lu 463 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Innov’ Acteurs

Interview de la semaine

  • Thierry Pairault : « Les routes de la soie ne concernent pas l'Afrique »
    Thierry Pairault : « Les routes de la soie ne concernent pas l'Afrique » Directeur de recherche émérite, ce spécialiste de la relation Chine-Afrique travaille au Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine de l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Au-delà de minimiser les ambitions et la présence de la Chine en Afrique – notamment avec les nouvelles routes de la soie –, il évoque aussi une autre voie, les « routes électroniques de la soie », qui concernerait davantage le…
    Lire la suite...

MATIÈRES PREMIÈRES

CACAO
938 FCFA / Kg
CAFÉ
1413  FCFA / Kg
CAOUTCHOUC

138,8 USCT /kg

SUCRE
265,67 $ /tonne
17/04/2018 source Projet SIF/Fode

ECHOS DE LA BOURSE

IFC
4.25% %
SOCAPALM
21 850 FCFA
SAFACAM 28 894 FCFA
SEMC

60 998 FCFA

17/04/2018 source DSX

COURS DES DÉVISES

GBP 

766,125 FCFA
CHF 

610,817 FCFA
USD

622,291 FCFA
JPY 

5,315 FCFA
04/01/2017 source Afriland First Bank

Convertisseur de devises

Convertir 

en