Afficher les éléments par tag : Afrique

Son Excellence Samuela Isopi, ambassadeur de la République d’Italie au Cameroun décline les points essentiels de la coopération entre le Cameroun et l'Italie. Elle explique les nouveaux fondements des changes avec l'Afrique surtout au moment ou l'Afrique et le Cameroun ont besoin de développer leur économie voire de créer des modèles de croissance durable.

Titre du poste: Secrétaire Général
Grade: EL4
Poste N°: 50063800
Référence: ADB/16/ 009
Date de publication: 01/03/2016
Date de clôture: 21/03/2016
Pays: Côte d'Ivoire

Objectifs

La BANQUE :

Créée en 1964, la Banque africaine de développement est la première institution panafricaine de développement. Elle a pour mission de promouvoir la croissance économique et le progrès social dans l’ensemble du continent. La Banque compte 80 pays membres, dont 54 pays africains (les pays membres régionaux).

Le programme de développement de la Banque vise à fournir l’appui financier et technique aux projets porteurs de transformation qui permettront de réduire sensiblement la pauvreté grâce à une croissance économique inclusive et durable.

Pour davantage se concentrer sur les objectifs de la Stratégie décennale (2013‑2022) et réaliser un plus grand impact sur le développement, cinq grands domaines dans lesquels les interventions devront s’intensifier ont été identifiés, à savoir : l'énergie, l'agro-industrie, l'industrialisation, l'intégration et l'amélioration de la qualité de vie des populations africaines. La Banque entend constituer une équipe de direction qui pilotera la mise en œuvre efficace de cette vision.
Fonctions et responsabilités

Le Secrétaire général rend compte directement au Président et supervise le Secrétariat général, qui assure des services de secrétariat aux Conseils des gouverneurs et aux Conseils d’administration. Le Secrétaire général est chargé de planifier, diriger et coordonner le fonctionnement au quotidien du Secrétariat général (SEGL) et d’autres responsabilités qui incluent, mais sans y être limitées, les fonctions suivantes :

1.  Fournir des services consultatifs au Président et à la Haute direction de la Banque, d’une part, et œuvrer à la recherche du consensus – aussi bien formel qu’informel – concernant les questions dont sont saisis les Conseils.

2.  Assurer un appui administratif et des services de secrétariat au Conseil d’administration, aux gouverneurs de la Banque africaine de développement et du Fonds africain de développement.

3.  Assurer la coordination des relations statutaires avec les gouvernements des pays membres et les Conseils des gouverneurs.

4.  Diriger et superviser les activités relatives à la reproduction, la publication, la conservation et la distribution des documents internes de la Banque.

5.  Assurer la gestion et la conservation des archives centrales et superviser l’utilisation des sceaux de la Banque.

6.  Vérifier, contrôler et assurer le respect par le Groupe de la Banque des obligations et des droits stipulés dans les accords et les conventions signés avec les États membres, les gouvernements et les organisations internationales.

7.  Planifier, diriger et superviser la traduction de tous les documents officiels et les services d’interprétation pour les réunions du Conseil des gouverneurs, des administrateurs et des unités organisationnelles.

8.    S’assurer que des services de protocole et d’appui connexes efficaces sont fournis aux membres du personnel élus de la Banque, ainsi que d’autres services administratifs connexes au personnel de la Banque.
Critères de sélection

Notamment compétences, connaissances et expérience souhaitables

1.  Etre titulaire au moins d’un master (ou DEA/DESS) ou d’un diplôme équivalent en sciences politiques, droit, gouvernance des entreprises, administration des affaires ou dans des disciplines connexes.

2.  Avoir au moins quinze (15) années d’expérience pertinente et vérifiable acquise dans le domaine de la gouvernance d’entreprise et/ou de la gestion des Conseils d’administration ou dans des domaines pertinents, dont les huit (08) dernières années à un poste de direction.

3.  Avoir une compréhension avérée des questions de gouvernance et de protocole et du rôle des Conseils dans les institutions multilatérales de développement et les questions liées à l’efficacité des Conseils.

4.  Avoir l’expérience de la gestion des accords avec les pays hôtes et des relations avec les gouvernements et la communauté diplomatique.

5.  Avoir une excellente compréhension des politiques et stratégies des institutions multilatérales de développement, ainsi que des questions opérationnelles et du rôle des Conseils et des gouverneurs dans ces processus.

6.  Avoir une capacité avérée à prendre prudemment des risques de gestion, ainsi que des décisions efficaces, opportunes et bien définies.

7.  Faire preuve de capacité à mettre en place et diriger des équipes motivées et engagées à travers les différentes frontières fonctionnelles et à utiliser les talents et l’expertise des membres de l’équipe de façon productive.

8.  Avoir de solides compétences managériales, interpersonnelles et de communication, ainsi que de solides compétences de négociation et la capacité de réfléchir de manière stratégique.

9.  Avoir une grande capacité d’écoute et être capable de communiquer efficacement avec des organes de surveillance tels que le Conseil d’administration et le Conseil des gouverneurs, ainsi qu’avec les responsables de la Haute direction de la Banque et les hauts fonctionnaires des États.

10. Avoir une capacité à réfléchir de manière stratégique et à concevoir des plans et des programmes à long terme pour le perfectionnement professionnel du personnel en accord avec les priorités stratégiques.

11. Démontrer une aptitude à inspirer, créer et maintenir l’engagement et l’excellence professionnelle au niveau du personnel.

12. Avoir de bonnes capacités de négociation et une aptitude à communiquer efficacement à l’oral et à l’écrit en anglais et/ou en français, avec une connaissance pratique de l’autre langue.

--------------------------
Postuler

Le Groupe de la Banque africaine de développement a choisi le cabinet Russell Reynolds Associates pour l’aider dans ce recrutement. Pour postuler, veuillez envoyer un Curriculum vitae (CV) complet, ainsi qu’une lettre de motivation décrivant brièvement votre expérience et vos compétences correspondant aux exigences du poste, à l’adresse suivante : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. , en incluant l’intitulé du poste et le numéro d’avis de vacance de poste ADB/16/009 dans l’objet, ou veuillez consulter l’adresse suivante : www.rraresponses.com

Seul(e)s les candidat(e)s qui auront satisfait à toutes les exigences du poste et qui auront été retenu(e)s pour les entretiens seront contacté(e)s. Seuls les dossiers de candidature enregistrés en ligne avec un curriculum vitae (CV) complet joint seront examinés. Le Président de la BAD se réserve le droit de nommer un candidat à un grade inférieur à celui du poste annoncé. La Banque africaine de développement est un employeur garantissant l’égalité des chances, et les candidatures féminines sont vivement encouragées: www.afdb.org/jobs

A l'issue des assises de 7e édition du Forum africain de la finance islamique au Maroc, les experts s'accordent sur le fait qu’elle s’appuie sur "des transactions clairement définies et tangibles".

La Fédération des sociétés d’assurance de droit national africaines tient depuis le 15 février son assemblée générale annuelle à  Abidjan avec à l’idée de relever les défis de l’émergence de l’Afrique.


Titre du poste: Spécialiste en gestion financière supérieur (SARC), ORPF2
Grade: PL-5
Poste N°: NA
Référence: ADB/16/030
Date de publication: 15/02/2016
Date de clôture: 06/03/2016
Pays: Afrique du Sud

Objectifs

Le Département des acquisitions et des services fiduciaires (ORPF) relève du Vice-président, Programmes Pays et Régionaux et Politiques (ORVP). Le département apporte son appui aux départements sectoriels dans le cadre des activités du cycle des projets et du contrôle de la conformité des activités d’acquisition, d’une part, et au titre des services fiduciaires liés à la gestion financière des projets et programmes, d’autre part. En outre, le département élabore les politiques, les directives, les règles, d’acquisitions et de gestion financière. Le département est par ailleurs chargé d’assurer la formation des emprunteurs et du personnel de la Banque en matière d’acquisition et de gestion financière. La Division des services fiduciaires (ORPF.2) est responsable de toutes les questions de gestion financière de la Banque.
Fonctions et responsabilités

Le Spécialiste en gestion financière supérieur sera basé à Pretoria, Afrique du Sud. Il/Elle rendra directement compte au Chef de Division des services fiduciaires et sera sous la responsabilité du Coordonnateur Régional en gestion financière pour les pays anglophones de l’Afrique Australe. Il/elle est appelé(e) à travailler avec une équipe de spécialistes en gestion financière locaux dans la région du Sud (Botswana, Lesotho, Namibie, Afrique du Sud, Sao Tomé et Principe, Swaziland, Zimbabwe, Angola, Madagascar, Malawi, L’ile Maurice, Mozambique and Zambie). Il/Elle aura particulièrement en charge : (i) les études diagnostiques nationales ou sectorielles (ii)  soutien opérationnel aux missions à la demande des chefs d’équipes de la Banque à travers le cycle des projets (iii) l’appui technique au renforcement des systèmes de gestion financière des emprunteurs dont notamment l’appui à la conception des opérations de prêts aux reformes ou au développement. Au titre de ses autres fonctions et attributions le postulant devra:

Planifier les travaux de gestion financière pour les pays attribués et communiquer cette planification aux Chefs de projets, aux Représentants Résidents, au Coordonnateur Régional en gestion financière et au Chef de Division des services fiduciaires.
Jouer un rôle proactif lors de l’évaluation des systèmes de gestion financière des projets en veillant à la «Qualité à l'entrée». Ceci se traduira à l’assurance de l’adéquation des systèmes de gestion financière des emprunteurs ; la qualité et la consistance des contributions du département dans les documents de projets et programmes.
Apporter un éclairage technique aux chefs d’équipes de la Banque, et aux équipes de projets de les pays attribués du point de vue des procédures politiques et directives en matière de gestion financière des projets et programmes pour les pays attribués.
Arbitrer les cas de gestion financière se fondant sur le contenu des politiques et directives de la Banque, les standards internationaux ou les meilleures pratiques.
Apporter son assistance dans les programmes d’assistance technique, en évaluer et suivre l’exécution.
Gérer les aspects fiduciaires dans les nouveaux domaines d’activités en fournissant aux cellules nationales, au personnel sectoriel et aux équipes des projets, les informations pertinentes, sur les questions génériques de gestion financière et de décaissement propres à chaque pays ;
Représenter la Banque en matière de gestion financière régionale et d'autres fora  compétents.

Critères de sélection

Notamment compétences, connaissances et expérience souhaitables

Etre titulaire d’au moins d’un Master II, un diplôme de 3ème Cycle (DEA/DESS) ou son équivalent en diplôme universitaire en comptabilité, administration des affaires, finances, économie, ou dans un domaine connexe.
Avoir un diplôme comptable professionnel (Expert-Comptable, Commissaire aux comptes, CPA, ACCA ou équivalent).
Avoir au minimum cinq (5) années d’expérience pertinente, de préférence, avec des organismes de financement internationaux intervenant dans le secteur des finances publiques.
La connaissance des normes internationales de comptabilité, des normes comptables internationales du secteur public et des normes internationales d'audit est indispensable.
Avoir des capacités avérées pour conceptualiser, concevoir et évaluer les systèmes de contrôle interne en faisant usage de modèles internationaux tels que le COSO et être capable de proposer des actions correctrices en cas de nécessité.
Avoir des capacités avérées pour conceptualiser, concevoir et mettre en œuvre les initiatives nationales ou sectorielles visant au renforcement des capacités de gestion financière.
Comprendre les questions transversales au-delà de la gestion financière notamment, les acquisitions, la gouvernance, l’harmonisation des pratiques des bailleurs de fonds, la réforme du secteur public, au niveau sectoriel/national.
Etre confortable à voyager fréquemment dans la sous-région.
Aptitude à communiquer couramment, à l'écrit et à l'oral, en anglais et/ou français (bonne connaissance pratique de l’autre langue).   
Savoir utiliser les logiciels de la Banque (Word, Excel, Access et PowerPoint).

Postuler en ligne

Titre du poste: Analyste financier supérieur, ONEC2
Grade: PL-5
Poste N°: 50067323
Référence: ADB/16/032
Date de publication: 15/02/2016
Date de clôture: 07/03/2016
Pays: Côte d'Ivoire

Objectifs

Le Département de l’énergie, de l’environnement et du changement climatique (ONEC) a pour mission d’administrer les opérations du Groupe de la Banque en matière d’énergie dans les pays membres régionaux (PMR). Il contribue à la résolution des problèmes liés au changement climatique et à l’environnement en les intégrant dans les opérations appuyées par le Groupe de la Banque et en leur donnant la visibilité nécessaire. Le Département ONEC comprend deux divisions chargées de l’énergie et une troisième division chargée du changement climatique et des questions d’environnement. L’objectif principal de la Division énergie, Afrique australe et de l’Est (ONEC.2) est de renforcer aussi bien les compétences sectorielles de la Banque que ses capacités pour qu’elle joue un rôle de premier plan dans l’élaboration de stratégies, la conception, le financement et la mise en œuvre des projets et programmes du secteur de l’énergie en Afrique australe et de l’Est.
Fonctions et responsabilités

L’Analyste Financier Supérieur(e) travaillera sous la supervision générale et l’encadrement du chef de la Division de l’énergie, Afrique australe et de l’Est (ONEC.2). Ses fonctions et attributions essentielles seront les suivantes :

Effectuer l’analyse financière des projets du secteur de l’énergie ainsi que celle des Agences d’exécution à chaque étape du cycle de projet, à savoir l’identification, la préparation, l’évaluation, l’exécution et l’achèvement des projets à travers :
la collecte et l’analyse de toutes les données financières et les indicateurs de performance appropriés afin de déterminer le potentiel d’investissement des projets ;
l’évaluation de la performance commerciale, des tarifs et de la politique tarifaire de l’Agence d’exécution et de sa capacité à assurer la pérennité du projet ;
l’estimation et le calcul des coûts détaillés du projet en devises et en monnaie locale ;
le calcul du Taux de Rentabilité Interne Financier (TRIF) sur la base des hypothèses logiques et de ‘’cash-flow’’ prévisionnels du projet ;
l’évaluation des projections financières, des comptes de résultats et les bilans de l’Agence d’exécution ;
l’évaluation de la performance financière globale du projet et de l’Agence d’exécution de façon à déterminer la viabilité financière et la pérennité du projet ;
l’évaluation des politiques et procédures financières et celles ayant trait à la gestion des risques ;
la proposition des conditions de prêt de manière à assurer la viabilité et la pérennité du projet ;
la participation aux missions de la Banque à chacune des étapes du cycle du projet, pour collecter les données nécessaires à la réalisation des tâches mentionnées ci-dessus et de discuter le projet avec les autorités compétentes ;
En consultation avec l’économiste, contribuer au calcul du Taux de Rentabilité Interne Economique (TRIE) sur la base des hypothèses logiques et sur le TRIF du projet.

Evaluer le cadre légal  et institutionnel ainsi que l’organisation de l’agence d’exécution par :
l’évaluation du cadre légal du secteur et de l’agence d’exécution ;
l’analyse de l’adéquation de la structure organisationnelle de l’agence d’exécution en termes d’hiérarchie et d’effectif ;
l’évaluation des besoins de formation du personnel de l’agence d’exécution ;
l’évaluation des réformes du secteur y compris les privatisations ;
la préparation des conditions de prêt liées à la situation institutionnelle de l’agence d’exécution ;
la discussion des points indiqués ci-dessus avec les autorités compétentes pendant les missions.

Assurer la supervision continue des projets à travers :
l’analyse des états financiers audités de l’agence d’exécution ;
l’évaluation du système comptable utilisé pour la tenue des comptes du projet ;
l’examen de la conformité avec les règles et les directives de la Banque ;
l’examen de la satisfaction des conditions du prêt de la Banque ;
l’examen de la conformité avec le calendrier prévisionnel d’exécution du projet ;
la participation aux missions afin d’effectuer les tâches définies ci-dessus et de les discuter avec les autorités compétentes.

Mener à bien les activités de gestion du portefeuille et de l’administration de prêts en :
assistant la Direction dans l’exécution des projets ;
conseillant les responsables des projets, les représentants de gouvernements et des agences d’exécution ainsi que la Direction de la Banque sur les divers aspects de projets et les alternatives existantes ;
écrivant régulièrement aux responsables de projets, aux autorités gouvernementales et aux co-financiers sur tous les aspects relatifs au projet ;
effectuant l’examen de dossiers d’appels d’offres et de rapports d’évaluation des offres soumises à l’avis de la Banque en vue de la conclusion de contrats pour les projets gérés par la Division ;
participant aux réunions des différents groupes de travail au sein de la Banque, aux négociations de prêts avec les emprunteurs et à la présentation de projets au Conseil d’Administration de la Banque ;
évaluant les CV de Consultants pour les prestations de services relatives à certaines missions de courte durée de la Division.

Participer à l’élaboration des documents de stratégies pays et de politiques opérationnelles et, si nécessaire, les présenter et les défendre au Conseil d’Administration.

Critères de sélection

Notamment compétences, connaissances et expérience souhaitables

Etre titulaire au minimum d’un DEA, DESS, Master 2 dans le domaine des finances, administration des affaires, comptabilité financière ou autre domaine connexe ;
Avoir au minimum cinq (5) années d’expérience pertinente dans les domaines liés à l’analyse financière des projets d’infrastructures ;
Démontrer une aptitude d’attention au détail et pouvoir travailler en toute autonomie ;
Aptitude à travailler en équipe, à présenter et promouvoir ses idées ;
Aptitude à bâtir des partenariats et à produire des résultats répondant aux besoins et aux intérêts à long terme des clients aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’institution ;
Excellente aptitude en communication écrite et orale en anglais avec une connaissance pratique du français ;
Bonne connaissance de l’outil informatique. La connaissance du SAP est souhaitée.

Postuler en ligne

Dans son rapport annuel « Africa Tourism Monitor » dédié au secteur du tourisme sur le continent, la BAD révèle que l’Afrique a enregistré 65,5 millions touristes internationaux en 2014, soit 200 000 de plus qu’en 2013.


Le secteur du tourisme en Afrique est en hausse. C’est le premier constat mis en exergue dans la troisième édition de «l’Africa Tourism Monitor », un rapport annuel publié conjointement par la Banque africaine de développement, BAD, la Maison de l’Afrique de l’Université de New York et l’organisation “Africa Travel Association”, ATA.

Dans l’édition 2015 rendue publique le 12 janvier, le document révèle que l’Afrique a enregistré 65,3 millions de touristes internationaux en 2014, soit 200 000 arrivées de plus qu’en 2013.

Cette performance a impacté sur les économies du continent. La venue de ces touristes a permis à l’Afrique, « d’engranger 43,6 milliards de dollars de recettes en 2014 », souligne le rapport. « Le secteur du tourisme international aurait contribué à hauteur de 8,1 % du PIB du continent » sur la même période, selon les estimations de la World Travel & Tourism Council, WTTC.
Plus de 20 millions d’emplois en Afrique

Le boom du tourisme a permis la création des milliers d’emplois en Afrique. 20 millions de personnes (Guides, employés dans l’hôtellerie, interprètes, personnel dans l’aérien, artisans…) travailleraient directement ou indirectement pour le secteur du tourisme sur le continent. Ce qui représente 7,1 % du total des emplois dans cette partie du monde.

L’objectif du rapport « Africa Tourism Monitor » est de dresser un état des lieux du secteur du tourisme en Afrique, et décliner tant les opportunités que les défis qu’il recèle.

Dans l’édition 2015, les freins qui entravent le développement de cette activité sont mis en exergue. Notamment :
•    L’absence de politiques incitatives dédiées
•    Une coopération régionale à renforcer
•    L’insuffisance des infrastructures
•    Les problèmes sécuritaires.

Par Joseph Samuel Zoé

Cofondateur du premier Impact Hub d'Afrique francophone, Mohamed Keïta veut soutenir les jeunes pousses maliennes voulant avoir un impact social et environnemental positif. Avec 63 lieux répartis dans le monde, le réseau « Impact Hub » désire s'implanter en Afrique avec la mise en place de plusieurs hubs. Pour ce faire, le réseau a lancé, en septembre 2014, son programme « Afrique Seed ». Objectif : sélectionner plusieurs capitales africaines afin que le réseau puisse s'implanter efficacement sur le continent. En Afrique francophone, le choix s'est porté sur Bamako. L'équipe dirigeante, dont fait partie Mohamed Keïta, a élu domicile à Hamdallaye ACI, le quartier d'affaires situé dans l'Ouest bamakois, pour être à proximité des acteurs indispensables à l'écosystème. Celui qui affirme avec le sourire être un « serial entrepreneur » nous relate le cheminement qui a conduit à la création de la franchise de ce réseau à dimension internationale.

En attendant de s’accorder sur la partie contraignante et non contraignante au terme de la conférence internationale sur le climat à Paris les pays les plus vulnérables s’appuient sur leur potentiel énergétique pour se tirer d’affaire.

Le chef de l’Etat chinois effectue depuis ce 1er décembre, une visite d’Etat de cinq jours au Zimbabwe et en Afrique du Sud. Durant son séjour sur continent, Xi Jinping va notamment co-présider le sommet du Forum de coopération Chine-Afrique, où il va annoncer de nouvelles initiatives visant à accélérer l'industrialisation et la modernisation agricole de l'Afrique.

Page 3 sur 16

Innov’ Acteurs

Interview de la semaine

MATIÈRES PREMIÈRES

CACAO
938 FCFA / Kg
CAFÉ
1413  FCFA / Kg
CAOUTCHOUC

131,7 USCT /kg

SUCRE
251,56 $ /tonne
27/07/2018 source Projet SIF/Fode

ECHOS DE LA BOURSE

IFC
4.25% %
SOCAPALM
22 501 FCFA
SAFACAM

28 800 FCFA

SEMC

59 999 FCFA

27/07/2018 source DSX

COURS DES DÉVISES

GBP 

766,125 FCFA
CHF 

610,817 FCFA
USD

622,291 FCFA
JPY 

5,315 FCFA
04/01/2017 source Afriland First Bank

Convertisseur de devises

Convertir 

en