MONDE

Les deux puissances viennent de signer une « Déclaration sur les partenariats franco-chinois sur les marchés tiers ». L’accord qualifié d’"historique" par l’Hexagone, engage les deux nations à travailler ensemble à des projets dans les domaines des infrastructures et de l'énergie « prioritairement en Asie et l'Afrique ».

L’institution de Bretton Woods pense que des réformes s’imposent dans le pays avancés et émergents pour revoir à la hausse cette situation


 

La croissance de la production potentielle (niveau de production qui cadre avec une inflation stable (sans tension inflationniste ou déflationniste) augmentera légèrement dans les pays avancés, pour passer d’une moyenne d’environ 1,3 % en 2008–2014 à 1,6 % en 2015–2020. »

Cette croissance est bien inférieure aux taux d’avant la crise (2¼ % en2001–2007) et s’explique par l’effet négatif des facteurs démographiques et l’accélération progressive de la croissance du capital par rapport aux taux actuels grâce à la reprise de la production et de l’investissement après la crise d’après le point de presse d’avril 2015 du FMI sur les perspectives mondiales concernant la production potentielle.

Dans les pays émergents, les prévisions annoncent un ralentissement continu de la croissance potentielle pour tomber d’environ 6,5 % en moyenne en 2008–2014 à 5,2 % en 2015–2020.

Ce déclin résulte du vieillissement de la population, des contraintes structurelles qui pèsent sur la croissance du capital et du fléchissement de la croissance de la productivité totale des facteurs, car ces pays se rapprochent de la frontière technologique.

Cette dégradation des perspectives pour la croissance potentielle à moyen terme, par rapport aux perspectives d’avant la crise, fait apparaître de nouveaux enjeux, précise le FMI.

Dans les pays avancés de même que dans les pays émergents, il sera plus difficile de préserver la viabilité des finances publiques à cause du fléchissement de la croissance potentielle.

Ce fléchissement sera aussi probablement associé à de faibles taux d’intérêt réels d’équilibre, de sorte que la politique monétaire dans les pays avancés pourrait être confrontée de nouveau au problème de la borne du zéro en cas de chocs sur la croissance.

L’’institution de Bretton Woods pense qu’il est prioritaire pour les pays avancés et les pays émergents de rehausser la production potentielle. Les réformes nécessaires pour atteindre cet objectif varient selon les pays.

Dans les pays avancés, il est nécessaire de continuer de soutenir la demande pour compenser les effets de la faiblesse prolongée de la demande sur l’investissement et la croissance du capital, ainsi que sur le chômage. Il est essentiel d’opérer des réformes structurelles et de soutenir davantage la recherche–développement pour accroître l’offre et favoriser l’innovation.

Dans les pays émergents, il est nécessaire d’investir davantage dans les infrastructures pour éliminer les goulets d’étranglement stratégiques et les réformes structurelles doivent viser à améliorer le climat des affaires qu’à encourager l’accumulation de capital humain.

Par Cathy Koum

La Chine est en tête des Etats ayant favorisé l’augmentation des investissements dans ce secteur au cours de l’année écoulée selon une étude menée par le Programme des Nations unies pour le développement, PNUD.

Un responsable de la direction générale des affaires économiques et financières de la Commission européenne donne des précisions dans une interview accordée à Xinhua.


"Notre prédiction (pour l'économie chinoise) est une décélération modérée de la croissance à environ 7% en 2015", a indiqué Rupert Willis, responsable du secteur Chine de la direction générale des affaires économiques et financières de la Commission européenne, dans une interview accordée à Xinhua.

Pour autant, le ralentissement économique modéré de la Chine ne doit pas inquiéter. Il est le résultat de la volonté du pays de restructurer son économie, déclare Rupert Willis.

Selon le responsable du secteur Chine de la direction générale des affaires économiques et financières de la Commission européenne, l'inquiétude d'un atterrissage brutal de l'économie chinoise n'est fondée que lorsqu'un ralentissement considérable de la croissance se produit, avec un taux de croissance passant en dessous de 6% en l'espace d'un ou deux ans.

Le responsable de l’Union Européenne s’est également exprimé sur l'écart important entre l'objectif de 7,5% de croissance des échanges commerciaux de la Chine en 2014 et le résultat de 3,4% qui crée également le doute sur la viabilité de l'économie chinoise.

M. Willis a souligné que les exportations nettes avaient très peu contribué à la croissance de la Chine depuis 2010.

"La croissance est principalement stimulée par la demande intérieure, pas par les exportations nettes. Une croissance rapide continue en Chine ne dépend donc pas réellement d'une croissance rapide des exportations", a-t-il expliqué.

D'un point de vue macroéconomique, M. Willis a indiqué qu'améliorer le système fiscal pour un meilleur équilibre de dépenses et de revenus aux niveaux locaux, éviter l'accumulation de mauvaises créances liées à des investissements de piètre qualité et continuer à ouvrir davantage les secteurs clés afin de renforcer l'efficacité et l'innovation étaient des réformes qui semblaient revêtir une importance particulière pour la Chine.

Par Cathy Koum

CNR et CSR , les deux plus grandes entreprises chinoises de fabrication de trains à grande vitesse, TGV, ont décidé de se mettre ensemble. Leur fusion sera annoncé officiellement le 9 mars 2015, apprend-on de Financial Afrik.

Page 1 sur 2

Innov’ Acteurs

Interview de la semaine

MATIÈRES PREMIÈRES

CACAO
1312  FCFA / Kg
CAFÉ
1929  FCFA / Kg
CAOUTCHOUC
202, 3 USCT /kg
SUCRE
390, 24 $ /tonne
21/03/2017 source Projet SIF/Fode

ECHOS DE LA BOURSE

IFC
4.25% %
SOCAPALM
21 001 FCFA
SAFACAM 33 899 FCFA
SEMC
63 999 FCFA
21/03/2017 source DSX

COURS DES DÉVISES

GBP 

766,125 FCFA
CHF 

610,817 FCFA
USD

622,291 FCFA
JPY 

5,315 FCFA
04/01/2017 source Afriland First Bank

Convertisseur de devises

Convertir 

en